home
Boucher, Madame de Pompadour (Detail), 1756

The
Preface to The Secret History of Queen Zarah

Its French Sources and its Translations into French and German

Introduction

The preface to the Secret History of Queen Zarah is one of the peculiarly European texts the late 17th and early 18th centuries brought forth – an unproblematic text as long as one follows Ian Watt’s Rise of the Novel (1957): The modern novel was, so Watt, an English invention. Its first text was Daniel Defoe’s Robinson Crusoe (1719), the first work of fiction which developed that special quality 19th century scholars were to praise as “realism”. The modern novel ended the reign of romances, the last century of French baroque bombast volumes which had tired their readers with the lives of ancient princes and princesses. The very term “novel” was, one had to believe, introduced in 1719 with the first modern novel, Robinson Crusoe.

Watt seems to have known that things were more complex than that. The word “novel” was not new in 1719. Robinson Crusoe was, on the other hand, most certainly not perceived as a “novel” by its first readers. The breathtaking “Story of a Man’s Private Adventures”, allegedly “a just History of Fact”, did (William Taylor, Crusoe’s editor, was only too eager to concede) taste of “fiction” — “romance”, the first critics would prefer to call it. Watt’s plea published 238 years later betrays, with all its readiness to prevent a discussion of the contemporary terminology, the modern scholar’s awareness of the lurking complexities. We should define the words we wanted to use:

The preface to The Secret History of Queen Zarah began to attract research three decades later – as a piece of literary theory supposedly written by Mrs. Manley and as an example of the first discussion of the rise of the “novel”. Prefixed to a novel, it gave the reader a chance to apply the theory to the following novel. The novel was, so the conclusion Lennard Davis drew in his book Factual Fictions in 1983, at the beginning simply an unverified, popular and entertaining piece of news. It spread in ballads and with the early newspaper before it took the step into the modern book-length format at the beginning of the 18th century.

The Secret History of Queen Zarah was, so it seemed, the ideal example to prove the argument: it played (as a massive piece of Tory libel defaming the ruling gang of Whigs, their wives and their mistresses) with newspaper history and it still left room for the journalist Daniel Defoe to perfect the genre a couple of years later. The story Davis told, did, however, not withstand the facts: The early 18th century newspaper provided its audience with uncommented foreign politics, it was a highly complex European medium – in short: it did not contain the novel even if it was ready to relate a curious history every now and then. The Secret History of Queen Zarah was, and this was far more problematic, neither written by Mrs. Manley, nor was its preface written by its unknown author, nor was the ensuing text read as “novel” or “romance” in 1705 – even though it opened with a treatise on the rise of the novel and the decline of the old-fashioned romance.

The Secret History of Queen Zarah was, so the common perception of those who dealt with it in 1705, 1708 or 1712, a story of political insinuations thinly disguised as fiction. Its readers hardly cared about the question whether it was romance or novel – it was neither. They discarded the poetologic debate and discussed whether there was truth behind the allegations – in London, in Paris and in Leipzig where French and German translations appeared and where journalists had to explain the sudden change in Queen Anne’s ministry. The preface to pt. 1 opened with a history of the rise of the “novel”, the preface to pt. 2 spoke of a “romantick Tale of the Tub“ in which the editor would not see a single line of truth, even if some readers might come to other conclusions. The text pretended to be fiction, yet this was the usual pretence under which authors and publishers could publish whatever they wanted, sure that those whom they attacked would neither acknowledge that the allegations applied to them, nor try to prove their innocence in a public debate.

In order to be sold as fiction, the text had needed a preface on fictions, and the author had stolen it. John L. Sutton, Jr. identified the French sources in 1984. We know today that The Secret History of Queen Zarah was in all probability the work of Dr Joseph Browne – Alan Downie supplied the necessary indications – and we know that the preface ultimately digested a French text first published in 1683, attributed today to ‘Du Plaisir’. In 1702 Jean Baptiste Morvan De Bellegarde had shown no scruples to turn these lines into a work of his own. Dutch publishers recycled Bellegarde’s Lettres curieuses de littérature et de morale that very year. The first English translations appeared in 1705. One was a translation of Bellgarde’s entire book: The letters of Monsieur l’abbe de Bellegarde [...]. Done into English. With a preface, by the translator (London: Geo. Strahan, 1705), the other translation was the preface to our text, which had to appear as a work of fiction, be it “romance” or “novel”. The preface was valuable in both directions.

A French translation of The Secret History of Queen Zarah was first published in 1708, when the text suddenly offered the most important details: the intriguing story of the connections between Marlborough, the leading General of the allied forces in the War of the Spanish Succession, his wife Sarah Jennings, up to then confidante of Queen Anne, and the Whig ministry which was about to fall – events which led to the end of the war.

The French editions sold better than the English original had done. The first copies still offered the original preface. The following editions dropped the pages which had offered after all nothing but a French text first translated into English and then translated back into French.

German intellectuals read The Secret History of Queen Zarah in French editions, the market was not ripe for a German edition until 1712 – when the peace of Utrecht was soon to be signed. The German version appeared under the misleading label of a Dutch publisher and it offered as a “second preface” the treatise Bellegarde had first published in French before it had made its way to and fro on the European market. The treatise made as much sense in Leipzig as it had done in Paris, The Hague and London. In his own preface the German editor made it clear that the original preface on the rise of the novel was nothing but a pretence behind which one bought a volume of political slander one could not publish otherwise.

The following columns (see our edition of the entire Secret History of Queen Zarah for the preface with textual commentary) offer the preface to The Secret History of Queen Zarah on a single page with both of its sources: Bellegarde’s “Letter” and Du Plaisir’s treatise. Columns four and five give the translations back into French and out of the French into German.

It is useful to show all these versions on one page, as this allows discussions of the slight changes to be noted and of the European terminology which was available to cover the developments. Du Plaisir’s arguments clearly referred to the Princesse de Cléves which had been published in 1678. Decades earlier, in the famous 21st chapter of his Roman Comique, Paul Scarron had admonished the French to turn to the “little histories” the Spanish called “novels”. The novel was, everyone knew, much older and not entirely European: Boccacio and Chaucer had placed short and realistic stories against the tradition of romances; the Arabs had done it, as one was to realise when the Stories of One Thousand and One Nights reached Europe in 1704. French novels swept the European market in the 1670s. The Dutch publishers did everything to satisfy the demand. English authors began to call their little histories “novels” in the 1680s. German and French authors did not go that far, yet they developed their own vocabulary to stress the differences between the modes of writing.

At the end of the 17th century, Europe was ready for the next development: the return of the antiquated yet virtuous romance – it came with a wave of editions of Greek classics, it came with the success of Fénelon’s Telemachus (1699/1700) and with desparate cries for a new romance like the one Jane Barker published in 1715 before it reached a new quality in 1719 with the publication of Robinson Crusoe, the extended work of fiction which rediscovered the lost epic dimensions with a striking readiness to get rid of all the realistic intrigues novels had abounded with. Robinson Crusoe was a new work of “romantic adventures”, full of improbabilities, as the first critics were eager to stress. The term “novel” survived the new wave of new titles which claimed to be histories even if they tatsed of gross fictionality, and Robinson Crusoe ultimately and paradoxically became the first “modern novel” – developments neither du Plaisir, nor Bellegarde nor the author of The Sectet History of Queen Zarah could anticipate.

Arguments and discussions develop a formidable life of their own – they are attractive as long as they allow their participants to prove both knowledge and judgment; and they do not die of such trifles as a changing context. The superiority of the realistic novel over the old-fashioned romance bothered Chaucer’s pilgrims in the 1380s, it inspired the readers of Cervantes’ Novelas Exemplares in 1613, it motivated Scarron in 1651. The argument ran through the versions of the text presented in the following before it finally attracted Ian Watt, Lennard Davis and Michael McKeon. Contexts can change at times.

Olaf Simons, 2006

Literature

Paul Scarron, Chapter XXI of Le Roman Comique (1651), English: Chap. XXI from The Whole Comical Works of Mon. Scarron (London: S. J. Sprint et al., 1700), p.100-102.

[Du Plaisir,] “Sentimens sur l’histoire” from: Sentimens sur les lettres et sur l’histoire, avec des scruples sur le stile (Paris: C. Blageart, 1683) [published in the following].

Jean Baptiste Morvan De Bellegarde, Lettres curieuses de littérature et de morale (Paris: Jean & Michel Guignard, 1702) [published in the following].

Jean Baptiste Morvan De Bellegarde, The letters of Monsieur l’abbe de Bellegarde, to a lady of the court of France, on some curious and usefull subjects. Done into English. With a preface, by the translator (London: Geo. Strahan, 1705).

The Secret History, of Queen Zarah, and the Zarazians (Albigion, 1705) [ entire text].

Preface to Histoire secrète de la reine Zarah et des Zaraziens, ou la Duchesse de Marlborough démasquée. Avec la clef pour l’intelligence de cette histoire (Oxford: Alexandre le Vertueux, 1708) [published in the following].

Second preface to Die entdeckte geheime Histoire von der Königin Sahra [...] aus frantzösischer Nachricht (Haag: H. Petkio, 1712) [published in the following].

Ian Watt, The Rise of the Novel. Studies in Defoe, Richardson, and Fielding (London, 1957).

Lennard J. Davis, Factual Fictions. The Origins of the English Novel (New York, 1983).

John L. Sutton, Jr., “The Source of Mrs. Manley’s Preface to Queen Zarah”, Modern Philology, 82.2 (1984), 167-172.

Michael McKeon, The Origins of the English Novel 1600-1740 (Baltimore, 1987).

“Reconsidering the Rise of the Novel”, Eighteenth Century Fiction, vol. 12, No. 2-3 (2000).

Olaf Simons, Marteaus Europa oder Der Roman, bevor er Literatur wurde (Amsterdam: Rodopi, 2001).

J. A. Downie, ”What if Delarivier Manley Did Not Write The Secret History of Queen Zarah?“, The Library (2004) 5(3):247-264. [ pdf]

 

 


 
Bellegarde, Lettres, 1702 Queen Zarah, 1705 Reine Zarah, 1708 Königin Sahra, 1712

SENTIMENS| SUR LES LETTRES| ET SUR L’HISTOIRE,| AVEC DES SCRUPLES| SUR LE STILE.| [vignette]| A PARIS,| Chez C. BLAGEART, Court-neuve| du Palais, au Dauphin,| [rule]| M.DC LXXXIII.| AVEC PRIVILEGE DU ROY

LETTRES| CURIEUSES| DE| LITTERATURE| ET| DE MORALE.| Par M. l’Abbé DE BELLEGARDE.| [vignette: flower] A LA HAYE,| Chez ADRIAN MOETJENS,| Marchand Libraire dans la Hof-straat,| prés de la Cour, à la Libraire| Françoise.| [rule]| M. DCC. II.

THE| Secret History,| OF| Queen ZARAH,| AND THE| Zarazians;| BEING A| Looking-glass| FOR| ____ ______| In the Kingdom of| ALBIGION.| [rule]| Faithfully Translated from the Italian Copy| now lodg’d in the Vatican at Rome, and ne-|ver before printed in any Language.| [rule]| Albigion, Printed in the Year 1705.| [rule]| Price Stich’d 1 s. Bound 1 s. 6 d.

HISTOIRE| SECRETE| DE LA| REINE ZARAH,| ET DES| ZARAZIENS;| Pour servir de Miroir aux| _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _| Au Royaume D’ALBIGION.| [rule]| Fidellement Traduite de l’o-|riginal Italiën, qui se truve à| present dans le Vatican| de Rome.| [rule]| Divisez an deux Partes.| [rule]| Imprimée dans Royaume d’Albigion.

Die entdeckte| Geheime HISTOIRE| von der| Königin| SAHRA| Und denen| Sahracenern,| oder| Die Hertzogin von Marlborough| demasquiret,| Worinnen verschiedene von der Regierung Ca-|roli II. biß auf diese Zeit in Engeland vorgefal-|lene Liebes-und Staats-Intriguen, sammt andern| diesem Reich angehende remarquable Begeben-|heiten/ und Politische Zufälle/| Aus Frantzösischer Nachricht/| Sammt dem Schlüssel und einer Vorrede| communiciret werden| von| PAULO MONTINI.| [rule]| HAAG, bey HINRICH PETKIO, 1712.

SENTIMENTS SUR L’HISTOIRE
 

Je connais peu de règles pour l’histoire véritable. C’est une peinture dont les traits sont toujours aimés, pourvu qu’ils soient sincères; ou du moins, si cette beauté essentielle a besoin d’agréments, elle les emprunte principalement d’une expression exacte et polie.

Je n’avais d’abord eu dessein que de parler de cette expression; mais parce que l’histoire galante a un grand cours dans le monde, je serai bien aise, pour engager les savants à me faire connaître ses beautés et ses défauts, de proposer ici ce que je m’en imagine, et ce que je trouve de différent ou de commun entre elle et l’histoire véritable.

LETTRE
De M. l’Abbé de Bellegarde, à une Dame de la Cour, qui lui avoit demandé quelques Reflexions sur l’Histoire

MADAME,
   Le desir que vous avez de vous appliquer à l’Histoire, est tés louable, & digne d’une personne de vôtre rang, & de vôtre esprit: Cette occupation est fort amusante, & l’on est bien payé de sa peine, par les nouvelles découvertes que l’on fait chaque jour. Pour réüssir dans cette etude, il faut la faire avec ordre & avec methode; car l’essentiel n’es pas de se remplir la tête de fairs extraordinaires & suprenans; il faut entrer dans le génie des Nations, dont on lir Histoire, afin de bien|<50> connoître leurs moeurs, leur caractere, les differns refforts de leur politique, & par quel esprit elles ont agi pour faire réüssir les évenemens, qui se trouvent dans le corps de leur Histoire. Vous voudriez aussi, dites-vous, Madame, avoir quelques notions sur les Romans, sur les petites Histoires, qui ont été si recherchées pendant quelque temps; sur les Nouvelles qui sont si propres à amuser les gens oisifs, & qui ont eu assez de vogue depuis quelques années. Je vous avouü, Madame, que je n’au pas assez lû ces sortes de Livres pour en parler savaimment, foit que j’aye manqué de loisir, ou que je n’aye pas de goût pour les Fables; ainsi je ne crois pas pouvoir, de mon fonds vous dire quelque chose de raisonnable part des Reflexions d’un Homme fort habile, & fort entendu, qui a fait sur cela une Dissertation avec beaucoup d’art & de delicatesse. Je crois, Madame, que c’est le meilleur moyen, dont je puisse me servir, pour m’aquiter de la|<51> commission que vous me donnez, & pour n’être pas tout-a-fait indigne de l’honneur que vous m’avez fait, de me consulter. Les prieres des personnes de vôtre rang sont des loix, qui demandent une obé´ssance aveugle, & dont un honnete homme ne doit jamais se dispenser.

TO THE
READER 
 
AVIS
AU
LECTEUR.
 
Andere Vorrede
des AUTORIS an den Leser.

 

Les Romans ont fait long-temps en France les amusements & les delices de tout le monde. Les personnes de la Ville & de la Cour ont donné dans cette manie; le Peuple même, tout Peuple qu’il est, a lû ces sortes d’Ouvrages avec une avidité suprenante; mais cette fureur s’est bien rallientie, & l’on est entierement revenu de cet étourdissement. Les petites Histoires ont pris la place des grands Romans dont le nombre prodigeux de volumes étoit capable de lasser & de rebuter les personnes les plus entêtées. Ces petis Ouvrages qui ont banni les Romans, sont bien plus convenables à l’humeur brusque & impetueuse des François, qui ne doivent pas naturellement avoir de goût pour les Ouvrages de longue haleine; car|<52> ils n’ont pas plûtôt commencé un Livre, qu’ils en voudroient voir la fin. La longueur prodigieuse des anciens Romans; ce mêlange de faits extraordinaires; le grand nombre d’Acteurs qui paroissent sur la scene; la vraisemblance qui y est si peu ménagée; tout cela a inspiré du d’goût aux personnes de bon sens, & fait tomber les Romans dans le decri, où nous les vo´ons aujourd’hui. Les faiseurs de Nouvelles Historiques, qui ont reconnu ce desordre, n’ont pas donné dans le même écueil; ils ne prennent pour le fonds de leur Histoire, qu’un seul évenement principal, & ne le chargent point de trop d’épisodes, qui iroient à une longueur excessive: mais ils sontrombez dans un autre d’faut que je heleur pardonne pas; car pour piquer, par la varieté, le goût du Lecteur, ils mêlent des Histoires particulieres avec l’Histoire principale; c’est en quoi ils raisonnent mal, ce me semble: En effet la curiosité de celui qui lit, est trompée par ce détour, qui retarde le plaisir qu’il auroit à voir la fin d’un evenement; il sent un secret dépit contre l’Auteur, qui lui fait perdre|<53> de vûë des personnes, á qui il commençoit à s’interesser; outre que ce grand nombre d’Acteurs, qui ont des interêts tout differens, embarasse sa memoire, & lui cause quelque confusion dans l’esprit; car il faut que l’imagination travaille à se rappeller les interêts & les rôles des personnes, dont on a parlé, & dont on a interrompu l’Histoire.

THE Romances in France have for a long Time been the Diversion and Amusement of the whole World; the People both in the City and at the Court have given themselves over to this Vice, and all Sorts of People have read these Works with a most surprizing Greediness; but that Fury is very much abated, and they are all fallen off from this Distraction: The Little Histories of this Kind have taken Place of Romances, whose Prodigious Number of Volumes were sufficient to tire and|<1: [iv]> satiate such whose Heads were most fill’d with those Notions.

Les Romans François ont servi long tems d’amusement à tout le monde; Ce Vice, a regné à la Cour & à la Ville, & il n’y a personne qui n’ait lû ces sortes d’Ouvrages, avec une ardeur surprenante. Mais cette frenaise n’est plus si violente: Les Historèttes, ont succedé aux Romans, dont le nombre des volumes, etoit suffisant pour degouter ceux qui ont l’esprit le|<A2r/v> plus rempli de ces fortes de bagatelles.

Es ist eine geraume Zeit, daß man sich der Frantzösischen Romainen zu einem Zeit-Vertreib bey jederman bedienet. Es regierte dieser Fehler so wohl an denen Höfen, als in den Städten; und ist wohl kein Mensch gefunden worden, der nicht mit hefftiger und brennender Begierde gleichsam, diese Arbeit gelesen habe. Wiewohl selbige Hitze ziemlich nachgelassen: da kleine Historien und Erzehlungen, oft wahrhafftiger Geschichte, denen Romainen ihren werth benommen, und selbige gefolget: von welchen Romainen die Anzahl überdem so groß, und so mächtig, daß sie denenselben genug einen Eckel erwecken könten, welche ihr Gemüth mit solchen Bagatellen erfüllet hatten.

Les petites histoires ont entièrement détruit les grands romans. Cet avantage n’est l’effet d’aucun caprice. Il est fondé sur la raison, et je ne pourrais assez m’étonner de ce que les fables à dix ou douze volumes aient si longtemps régné en France, si je ne savais que c’est depuis peu seulement que l’on a inventé les nouvelles. Cette dernière espèce est principalement très convenable à l’humeur prompte et vive de notre Nation. Nous ha´ssons tout ce qui s’oppose à notre curiosité; nous voudrions presque commencer la lecture d’un volume par la fin, et nous ne manquons jamais d’avoir du dépit contre les auteurs qui ne ménagent pas assez les moyens de nous satisfaire promptement.

Ce qui a fait ha´r les anciens romans est ce que l’on doit d’abord éviter dans les romans nouveaux. Il n’est pas difficile de trouver le sujet de cette aversion; leur longueur prodigieuse, ce mélange de tant d’histoires diverses, leur grand nombre d’acteurs, la trop grande antiquité de leurs sujets l’embarras de leur construction, leur peu de vraisemblance, l’excès dans leur caractère, sont des choses qui paraissent assez d’elles-mêmes.

La distribution d’une histoire en quatre ou six volumes est présent excessive; on ne prend ordinairement pour matière des romans qu’un seul événement principal, et on ne le charge point de circonstances qui ne puissent être contenues en deux tomes.

Le mélange d’histoires particulières avec l’histoire principale est contre le gré du lecteur. Le titre d’une nouvelle exclut tout ce qui n’est pas nécessaire pour la composer, en sorte que ce qu’on y ajoute, arrête le cours de la première ,histoire. Les lecteurs se rebutent, ils sont fâchés de se voir interrompus par le détail des aventures de personnes pour qui ils s’intéressent peu, et il arrive que dans la crainte de perdre de vue et d’oublier un commencement de lecture qui ne manque point de les attacher aux premiers héros, ils négligent de lire ce qui ne les regarde pas, c’est-à-dire les trois quarts de toute la fable.

Le petit nombre d’acteurs épargne une grande confusion dans l’esprit et dans la mémoire. D’un côté, l’union des matières en est plus suivie; de l’autre, l’imagination n’est point sans cesse occupée à reconnaître les personnes dont on parle, et enfin, chacun y parait mieux caractérisé.

Les nouvelles ne devraient point avoir pour sujets des Ĺévénements trop anciens, et on peut ajouter à cet article qu’elles ne devraient point aussi avoir pour scène des lieux trop éloignés. Jamais un historien ne peut assez attacher les lecteurs. On n’a guère de curiosité pour des siècles et des pays inconnus; on en a au contraire pour ceux qui sont peu étrangers; et il est indubitable que de deux histoires également travaillées, dont Pune contiendra tous incidents arrivés en France pendant les derniers siècles, et l’autre, tous incidents arrivés en Grèce ou pendant la première race de nos rois, celle-ci intéressera infiniment moins; un nom barbare est seul capable de faire ha´r une histoire bien écrite.

On ne récite plus dans le roman. Il n’est plus de confident qui fasse l’histoire de son maître; l’historien se charge de tout, et en quelque endroit où on lise, on n’est plus embarrassé de savoir lequel parle, ou l’historien ou le confident. D’ailleurs, c’est le mérite seul des héros ou l’état de leur fortune qui nous fait attendre avec impatience la fin de leur histoire; ce n’est plus l’embarras de la construction, et ainsi on ne pratique plus cette fatigante beauté de commencer l’ouvrage par la fin.

La vraisemblance consiste à ne dire que ce qui est moralement croyable, et on ne se confie point sur ce qu’il est arrivé des choses plus extraordinaires que celles qu’on avance. La vérité n’est pas toujours vraisemblable, et cependant celui qui écrit une histoire vraie, n’est point obligé d’adoucir les choses pour les rendre capables d’être crues. Il n’est point garant de leur vraisemblance, parce qu’il doit les rapporter telles qu’elles se sont passées, et parce qu’elles sont connues de plusieurs; mais l’auteur d’une histoire fabuleuse donne lui-même l être aux incidents de ses héros, et il ne se met point au hasard d’être démenti, parce qu’il ne pourrait se justifier. Ainsi, bien que l’un puisse sans préparation écrire que le Roi, quand il a été présent, a emporté en trois ou quatre journées des villes qui se vantaient de ne pouvoir être prises, l’autre ne pourrait pas dire la même chose de son héros.

Néanmoins, je croirais mal juger de ces ouvrages, si parce que leur principale action détachée de ses circonstances me semblerait d’abord moralement incroyable, je décidais qu’ils sont défectueux. Bien éloigné de ce sentiment, je crois que l’historien devrait toujours affecter des actions de cette nature, parce que plus elles semblent hors de la raison et de la vraisemblance ordinaires, plus pour les persuader il ferait voir son esprit et son adresse. De cette sorte, loin d’être prévenu contre une histoire où l’on parlerait d’une jeune personne qui refuse d’épouser son amant parce qu’elle s’imagine l’aimer trop, j’aurais impatience de la lire, et je jugerais par avance que son auteur est d’un génie élevé, ou du moins je suspendrais mon jugement jusqu’à ce que j’eusse vu les moyens que l’on aurait employés pour établir, conduire, justifier et finir ce point principal qui, séparé du reste, parait si extravagant et presque impossible.

On n’outre plus la vertu dans les femmes. Les femmes, pour se faire aimer, doivent être vertueuses; mais sur ce principe, on ne met pas cette vertu à de trop grandes épreuves. Le courage dans les hommes parait par le grand nombre ou d’entreprises ou de dangers; mais la sagesse des femmes, loin de devenir héro´que après de longs combats, devient soupçonnée, et il n’appartient qu’à Dieu seul de lui donner des récompenses après plusieurs occasions dangereuses, parce que lui seul ne juge point selon l’usage ou les apparences. Prazimène se retira du Palais de Ninus pour suivre Mélistrate. Mélistrate était jeune, amoureux, admirablement bien fait. Prazimène l’aimait éperdument. Elle était avec lui dans des déserts, dans un vaisseau, seule, sans mère, sans femmes, séduite par son amour, par la pitié, par la confiance et par l’occasion, cependant, on croit qu’elle fut sage; mais ces grandes vertus, aussi bien que la valeur du Roi, ne doivent point servir d’exemple. Si Prazimène a résisté à tant d’ennemis, elle était Assyrienne. On ne dressait point encore d’embûches à la vertu; l’innocence faisait alors une partie du mérite des hommes; mais aujourd’hui les héros sont infailliblement dangereux, et la sagesse des héro´nes ne souffre plus ni courses ni aventure.

Toutes ces remarques nous font voir une grande différence entre les romans anciens et les romans nouveaux. Ils ne sont pas néanmoins dissemblables en toutes choses, et le premier but des uns et des autres est de plaire par l’invention des incidents, par la constance des caractères, par la noblesse des pensées, par la justesse des mouvements du cœur; mais il est vrai aussi qu’ils ne s’y ressemblent pas entièrement, et il sera aisé de connaître, après l’explication de toutes ces circonstances dans les petites histoires, la différence de leur usage.

On ne cherche point aujourd’hui des incidents sur les mers ou dans la cour d’un tyran. L’action la plus légère peut former une action admirable; et tout l’art de faire ainsi valoir .une petite circonstance est de caractériser fortement et d’une manière sensible les personnes de qui on parle. Un homme dépeint avec tous les traits de la jalousie n’a pas besoin, pour avoir une douleur violente, de trouver sa maîtresse dans une conversation particulière avec un rival extraordinairement bien fait; la moindre civilité qu’elle lui rendra, fera trembler le lecteur par la crainte que cette extrême jalousie ne produise quelque effet funeste. Une femme fière, et qui voudrait éternellement cacher sa faiblesse à un homme qu’elle aime, fera compAtir les lecteurs, lorsqu’elle sera au moindre danger de paraître devant lui, et ces divers mouvements de crainte ou de pitié, pénétreront davantage dans nos cœurs que quand nous voyons ou un prince seul attaqué par un grand nombre d’ennemis, ou une princesse exposée sur le sable au flux des eaux ou à la rencontre des bêtes farouches.

La raison en est facile. Nous ne nous appliquons point ces prodiges et ces grands excès; la pensée que l’on est à couvert de semblables malheurs, fait qu’on est médiocrement touché de leur lecture. Au contraire, ces peintures naturelles et familières conviennent à tout le monde; on s’y retrouve, on se les applique, et parce que tout ce qui nous est propre nous est précieux, on ne peut douter que les incidents ne nous attachent d’autant plus qu’ils ont quelque rapport avec nous.

On suit dans une intrigue le cours ordinaire de la nature: on n’y avance rien qui ne soit fondé, on y fuit les mêmes coups de hasard, et pour écrire “qu’un prince manqua de se trouver auprès d’une princesse, parce qu’il reçut ordre du roi pour se rendre auprès de lui”, on préparerait de loin le dessein du roi et cet ordre, en sorte que le lecteur ne pût s’apercevoir qu’ils eussent été uniquement imagines pour empêcher l’entrevue de deux amants.

Les caractères ne sont plus pompeux. Pour faire un héros, il n’en coûte plus la vie de mille hommes; on ne cherche plus au-dessus de la nature ni au ciel, des traits et des idées. Le désintéressement et la délicatesse dans un homme, les scrupules et la reconnaissance dans une femme, peuvent faire des actions admirables.

Mais surtout on ne manque point de donner aux principaux acteurs un caractère précis et sensiblement marqué. On voit parfaitement et toujours quelle qualité règne en eux avec leur amour, et on n’ignore pas à la fin de leur histoire quels ont été leurs principaux mouvements.

Ces deux points que je viens de remarquer, c’est-à-dire, les incidents et les qualité, servent à faire intéresser les lecteurs pour les héros; mais la noblesse des pensées et la justesse des mouvements du cœur font admirer l’historien, et on peut dire qu’elles sont les plus considérables. Ces premières circonstances ne produisent presque autre chose que de la curiosité et de l’impatience pour la fin de l’ouvrage, en sorte que dé que l’on a vu cette conclusion où l’on aspirait, on ferme le livre pour jamais; au contraire, lorsque ces dernières qualité sont heureusement pratiquées, on ne saurait se lasser de lire, on s’instruit. on remarque toujours des beautés nouvelles, et on voudrait posséder le tout dans sa mémoire. C’est par là seulement que l’historien peut acquérir de l’honneur, au lieu qu’il doit être peu content de son travail, quand la lecture n’en doit occuper qu’une fois.

On ne peut point donner de moyens pour penser heureusement; le génie seul produit ces pensées et la nature seule donne ce génie. On peut devenir savant, on peut se charger la mémoire de mille chose; mais cette habileté, cette force d’esprit, ce talent de penser, viennent uniquement du ciel. C’est une rosée bénigne; c’est une manne d’or qu’il ne répand que dans de certaines âmes.

Il n’y a pas de moindres difficultés sur les mouvements du cœur que sur les traits de l’esprit. Il faut des lumières très grandes pour pénétrer jusqu’au fond de cet abîme, pour ne point s’égarer parmi tant de diversités, pour toucher vivement des matières si imperceptibles, et pour expliquer des choses qui par le peu de connaissance qu’on en a eu jusqu’ici, n’ont presque point encore de termes propres.

Ceux qui ne se sentent point avoir ces avantages, et qui d’ailleurs ont quelque disposition à écrire, doivent s’attacher seulement à l’histoire véritable, parce que l’on s’y contente davantage d’une vérité toute nue et seulement embellie par l’ordre des matières, par la noblesse des expressions et par l’exactitude du style; ou si l’on veut entreprendre une nouvelle, il me paraîtrait raisonnable d’imaginer seulement et de réciter les faits, de trouver des événements naturels, de peindre les caractères, enfin d’écrire et de faire parler d’une, manière noble, sans entrer dans aucunes réflexions, parce que rien n’est plus désagréable qu’une pensée fausse et peu juste.

Ces qualités sont générales; il en est de plus particulières tt qui regardent la composition de l’histoire. Je ne parlerai de ces dernières que comme j’ai parlé des précédentes et des lettres, c’est-à-dire en surface, sans faste de législateur, et avec un esprit de soumission pour tous les conseils qu’on voudra donner contre la pratique de ceux-ci.

L’histoire galante est un assemblage de traits divers qui ont besoin d’une matière sur laquelle ils soient tracés, et ,cette matière est le temps et la scène où se sont passées les actions qui forment cette peinture. On donne dès l’ouverture de l’histoire une idée du lieu et du règne que l’on a choisis. On fait entendre si c’est de la paix ou de la guerre que naîtront les principaux nœuds, et toutes ces choses doivent être exprimées dans la première période.

J’ai dé jà parlé de la scène et du temps; et quant aux autres circonstances, si c’est en paix, on fait un détail de la Cour ou de repos public; si c’est en guerre, on expose les progrès ou les désavantages où I’Etat se trouve; et en l’un et en l’autre, on ne doit dire que ce qui est indispensable pour préparer le premier trait de l’histoire particulière.

Toutes les personnes qui ont une part considérable à ces nouvelles, pourraient être dépeintes au plus tôt, afin que par la connaissance de leurs qualités, de leurs caractères et de leur mérite, on commence d’abord à s’intéresser ou pour eux ou pour l’histoire.

Je crois qu’il serait d’un bon usage de ne point louer par les traits du visage et du corps. Outre que ce détail de nez, de bouche, de cheveux, de jambes, ne souffre point de termes assez nobles pour faire une expression heureuse, il rend l’historien suspect de peu de vérité. Les lecteurs savent que tous ces traits ne consistent que dans son imagination, et que souvent, parce qu’il aime le blond, il a fait blond ce qui avait été brun. Enfin ces sortes de peintures ne plaisent point universellement; s’il est des personnes qui aiment dans les hommes une taille fine, il en est qui y aimeront davantage une taille pleine; et ainsi l’auteur pèche contre le dessein qu’il a de faire aimer de tout le monde ceux dont il parle.

Les qualités de l’âme au contraire plaisent à chacun. Ce sont elles seules qui font les caractères, et ce sont elles seules encore qu’il faut décrire distinctement, au lieu qu’il suffira d’exprimer par quelque terme général les avantages extérieurs.

Je ne parle ici que des héros du second ordre, c’est-à-dire, de ceux qui n’entrent dans l’histoire que pour nouer l’intrigue. Les principaux semblent demander d’autres règles en ce qui regarde les moyens de les faire estimer. Je parlerais de leur caractère, sans parler de leur mérite. Tout ce qu’un auteur peut dire de leur esprit ou de leur vertu, ne fait jamais assez d’impression; et dans l’impossibilité de remplir toute l’espérance qu’ont les lecteurs de voir des coups de pinceau extraordinaires et dignes d’un premier héros, il ne montrerait qu’incapacité et que faiblesse.

Quand même il pourrait peindre assez heureusement, il ne doit point ici se servir de son habileté. Tant de traits admirables donnent de la défiance sur la vérité. Ils font remarquer trop d’amour-propre ou trop de complaisance dans un auteur pour ses héros, et on ne le croit pas davantage sur sa parole, disait un jour agréablement Madame la Princesse de Nemours, “que quand une marchande assure que son amant est un chef-d’œuvre de la nature et l’homme du monde le plus délicat et le plus spirituel”.

Dans ces rencontres, les actions seules doivent parler. Un héros se peint par ses effets, et si on voit une femme raisonnable perdre dès le premier moment où elle l’aperçoit une fierté et un repos qu’elle avait conservés auprès du reste des hommes, il sera bien mieux dépeint que par tous ces mots de bonne mine, d’agrément et de majesté. Les qualités de son âme pourraient être représentées de la même manière. En vain lui donne-t-on une grande suite de traits de mérite, si les actions ne s’y rapportent pas, et d’ailleurs on est sans doute plus facilement persuadé et plus agréablement surpris, quand ces actions seules nous instruisent.

Cette nécessité de rendre si aimables les premiers héros demande que l’on ne parle d’eux que quand on aura dépeint les autres. S’ils paraissaient d’abord, ils les rendraient comme imperceptibles. On s’aperçoit peu d’un mérite médiocre quand on a l’idée pleine d’un mérite extraordinaire.

On ne donne pas toutes les bonnes qualités à chacun des acteurs, et bien qu’ils soient tous supposés raisonnables, généreux, braves, ils ne le sont pas également. Une qualité particulière prédomine, et cette qualité est dépeinte seulement avec celles qui lui conviennent. Ainsi le héros qui paraîtra comme un homme ambitieux, pourra être représenté magnifique, agissant, hardi, mais il serait inutile et peut-être mal à propos de lui donner de grandes délicatesses de cœur, si ce n’est que l’on voulût faire combattre son amour avec son ambition.

L’historien peut bien dans le commencement de l’ouvrage employer tout son esprit pour faire estimer ou pour caractériser ses héros; mais il ne le pourrait pas ailleurs, et je crois que voici une raison de cette différence. Les particularités sur les tempéraments ou sur le mérite écrites avant les actions, sont simplement regardes comme des traits ressemblants et comme un portrait nécessaire; mais dans le détail de ces actions, elles font voir que l’auteur applaudit, blâme et s’intéresse. La peinture qu’il a faite une fois, doit seule être le principe de tous les mouvements qu’il décrira. S’il la retouche dans la suite, il témoignera qu’il a manqué de la finir d’abord, ou fera une répétition inutile, et je serais fâché d’y trouver: “Elle était reconnaissante, elle était naturellement tendre, elle était généreuse, et c’en était trop pour résister davantage.”

Ce désintéressement si nécessaire dans l’histoire défend aux historiens de joindre même à un nom quelque terme flatteur, quoique facile à justifier. Autrement, ils sortiraient de leur indifférence, et parlassent-ils même du Roi, ils ne pourraient pas dire: “ce grand prince”. Ce n’est point à eux d’être juges du mérite d’un héros; ils doivent uniquement représenter ses sentiments ou sa conduite, et les lecteurs seuls peuvent lui donner les louanges dont il est digne.

Je crois cependant qu’il est un lieu où l’auteur peut laisser échapper un de ces termes de complaisance, et ce lieu se trouve après une description triste et affligeante. Ce qui suit en pourrait servir d’exemple:

“...Dès son enfance la plus tendre, elle avait senti son cœur tout propre à la rendre malheureuse, et à l’âge de ans, elle ne reconnut plus dans ce cœur aucune trace d’indifférence. Ce qu’elle aimait lui paraissait digne du trône; mais ses parents ne le trouvaient pas digne d’elle, et le premier prix de sa tendresse et de sa reconnaissance, fut de ne prévoir aucun succès favorable pour l’un ni pour l’autre. La douleur d’être éternellement privée de lui cédait encore à celle de le voir lui-même éternellement malheureux. Sans cesse elle était déchirée par les remords de lui avoir inspiré une passion qui l’empêchait de profiter ailleurs du mérite qu’elle lui trouvait; mais enfin elle avait la consolation d’aimer et de souffrir sans résistance. Une consolation si faible lui fut ôtée par la nécessité qu’on lui fit d’épouser un autre que celui qu’elle aimait. Elle conserve toujours pour celui-ci sa première affection, mais esclave de sa vertu, elle consentirait plutôt à le laisser mourir lui-même qu’à le regarder encore et à l’entendre. Cette belle, cette aimable comtesse sent tous les jours diminuer ses forces et sa santé; elle passe sa languissante vie, comme s’il n’était pour elle ni monde ni plaisirs; toute jeune encore, elle n’attend que la mort, et ceux que son service attache auprès d’elle, se consument eux-mêmes en larmes...”

Ces mots belle et aimable ne blessent point ici le désintéressement de l’auteur; ils semblent bien moins être une louange qu’une de ces caresses naturelles que les honnêtes gens font aux personnes qui n’ont point mérité d’être malheureuses; et d’ailleurs les lecteurs attendris sont très satisfaits, pour avoir moins de honte de leur faiblesse, de trouver .dans l’historien même un compagnon de leur pitié.

L’historien doit en tous les endroits de son histoire paraître poli; mais il ne doit pas y paraître toujours spirituel. Il ne peut donner liberté à son esprit, c’est-à-dire entrer en de longues réflexions, que lorsqu’on est en peine de quel œil un acteur regardera un événement, et de quelle manière il se tirera de quelque embarras, ou du moins quand il est assuré que les lecteurs auront assez de patience et de tranquillité pour attendre un temps à rentrer dans le fil des incidents et des actions. Quelque belles que fussent ces peintures, elles rebuteraient si elles étaient placées au moment d’une extrême curiosité. Ainsi un auteur qui par une grande connaissance des sentiments du cœur, aurait fait voir tout ce que souffrent deux personnes éloignées l’une de l’autre, ne pourrait pas, lorsqu’elles se rejoignent, faire un second portrait des mouvements de l’âme. Leur douleur qu’il aurait dépeinte, ferait assez juger de toute leur joie. On n’est plus curieux alors de savoir ce qu’elles peuvent penser, on souhaite seulement connaître la manière avec laquelle elles vont se recevoir, et c’est ici que l’auteur doit être spirituel sans le paraître, c’est-à-dire employer tout son esprit à former une conversation na´ve où il semble que c’est bien moins lui qui parle que l’acteur lui-même.

Il me paraîtrait assez judicieux d’achever une conversation quand elle est commencée. L’interruption en est toujours très désagréable au goût des lecteurs. Deux personnes par exemple, mutuellement offensées par quelques faux bruits, entrent dans un ressentiment l’une contre l’autre qui leur fait fuir toutes les occasions de se revoir. Le hasard les assemble, elles se regardent d’abord avec mépris, ensuite l’amour veut paraître sous sa première forme, on consent à s’éclaircir, et à peine a-t-on commencé que l’on voit arriver une personne suspecte.

Les hommes habiles n’attribueraient pas au hasard ces rencontres importunes; on sait trop que l’historien n’a pas aujourd’hui la liberté de faire des aventures imprévus ou brusques, et on ne les attribuerait qu’à une indigne paresse ou à quelque impuissance de trouver un moyen pour finir ou pour soutenir agréablement une conversation, et séparer deux personnes qui ont de grands intérêts ensemble.

Il n’est pas besoin de prouver les laideurs de ce défaut; on n’a qu’à se représenter un état semblable à celui que j’al décrit, et on verra assez par le dépit que l’on sentira contre l’historien ou contre l’interrupteur, combien on aurait été heureux ou de n’avoir point espéré un éclaircissement dont on est privé, ou de voir au contraire terminer une entrevue qui donnait tant d’attention et d’inquiétude.

Un autre défaut ou de paresse ou de peu d’invention serait lorsqu’un auteur dans le besoin qu’il aurait d’éloigner ses héros ou du cercle ou du bal, lui donnerait des prétextes ou peu spécieux ou trop dépendants du hasard. Il vaut mieux faire moins d’intrigue et la finir davantage. Rien, par exemple, serait-il plus capable de rebuter, que de voir une femme qui pour éviter une visite, pour cacher son trouble, pour jouir de la solitude, s’excuserait aussitôt sur une maladie.

Ce prétexte, outre qu’il serait trop uniforme, serait encore dégoûtant. Un des plus grands traits de beauté dans une femme est d’être propre; il est impossible de l’être quand on est souvent mal saine. Une indisposition dans toute une histoire peut donner de la pitié; mais une rechute commence à déplaire.

Les jeunes gens surtout sont faciles à s’effrayer en de semblables occasions; ils estiment infiniment le mérite du corps, et en haine des potions, des remèdes ou du régime, ils luiraient “la femme de tout Paris la plus spirituelle”.

J’ai ici une pensée toute contraire, et je ne sais si je suis ,bien raisonnable de la déclarer. Mais enfin, je ne l’expose point comme une loi, et je l’abandonne aussi bien que le reste au jugement de chacun. Je voudrais que les héro´nes ne fussent point extraordinairement saines, je veux dire, n’eussent point ces forces robustes qui affrontent les plus rudes fatigues. Les femmes de ce caractère ne sont point nées pour souffrir des peines, ou si elles en souffrent, ce n’est que par accident. Le calme, le sommeil, la timidité, quelques précautions, un peu de langueur et la faiblesse même, les rendent plus aimables. Enfin comme un teint toujours reposé ou la délicatesse d’appréhender le soleil seraient indignes d’un héros, je craindrais que la sueur et la poussière ne fussent de mauvais goût dans une héro´ne.

La mauvaise santé serait un prétexte encore plus désagréable dans un homme que dans une femme. Un héros aujourd’hui d’est malade que quand il doit mourir, ou quand sa maladie est souhaitée ou du moins attendue par les lecteurs, comme en cette occasion: “Un prince, par la grandeur de son mérite, fait naître une violente passion dans le cœur d’une autre personne que celle qu’il aime. Cette nouvelle amante persécute la première. Elle lui suscite des malheurs qui la font succomber sous le poids de sa douleur; et parce que le prince, quoiqu’innocent de cette disgrâce, en est toujours la cause, on souffre alors que ses regrets lui coûtent la santé.” En général on évite avec soin de faire apercevoir les acteurs sujets aux infirmités de la vie.

L’historien et le héros ne s’expliquent pas d’une même manière. Celui-ci quand il parle, est jugé être en présence de la personne à qui il parle, en sorte qu’il ne peut s’exprimer que comme on s’exprime dans la conversation; mais l’historien, quand il écrit, est seul, et il peut étudier son discours. Ainsi quand il voudra dépeindre la générosité et le désintéressement d’un homme envers une femme, il pourra écrire agréablement: “Il avait honte d’être si heureux; il se reprochait d’attachement qu’elle avait pour lui, et quelque violents que fussent ses souhaits, il eût presque souhaité d’être ha´ d’elle.” Mais si cet amant disait lui-même. “Je ne vous mérite point. J’ai honte d’être si heureux, je me reproche votre attachement, et quelque violente que soit ma passion, je ne souhaiterais de vous que de la haine”, ce discours, dis-je, dans la bouche même de celui dont on parlerait, serait étude, poésie, déclamation, langage contre le naturel.

D’un autre côte aussi le héros a des privilèges que n’a pas l’historien, et ces occasions sont principalement dans les discours d’amour et de civilité. Il peut dire: “Madame, vous êtes adorable aujourd’hui”; mais un auteur ne pourrait sans extravagance écrire: “ce jour-là, elle était adorable”. La différence vient de ce que la civilité et l’amour semblent autoriser des flatteries, et que ces mots excessifs, quand ils sont prononcés de vive voix, sont prononcés avec un air de complaisance qui fait comprendre qu’on ne les dit pas dans toute leur étendue; mais un historien ne peut pas sourire dans son livre, et il est de son devoir de demeurer toujours dans l’exactitude de la bienséance et de la sincérité.

Il n’est point ici de maxime ni de politique ni de morale. On ne parle point par sentences; l’on n’ajoute plus même de réflexions générales à une description ou un récit, et je ne doute point que l’on ne condamnât absolument la fin de cet exemple: “...Dans le désespoir d’être si peu belles, elles embrassèrent ou les sciences ou l’extrême piété. La plus grande partie du monde s’imaginait qu’elles n’y étaient poussées que par un principe ou d’inclination ou de vertu; mais les esprits éclairs soutenaient que les unes ne se donnaient toutes à Dieu que pour avoir lieu de se faire un mérite du mépris des hommes, ou pour se faire respecter malgré leur peu d’agrément, et que les autres ne s’attachaient aux livres que pour acquérir quelque force d’esprit, ou pour se faire une occupation qui les empêchât de paraître souvent dans le monde. Il faut donc que le défaut de la beauté soit un grand malheur, puisque pour l’adoucir, on s’engage à des études épineuses et à des dévotions souvent plus involontaires que ces études mêmes.”

De semblables manières, quoiqu’orgueilleuses, sont languissantes, quand elles sont dénuées de l’agrément ou de la véhémence de la voix. Il est des ouvrages à malgré cet accident, elles peuvent être pratiquées, parce qu’ils sont moins faits pour plaire que pour instruire; mais les nouvelles ne montrent l’utile que par l’agréable, elles ne souffriraient pas un beau sentiment aux dépens d’une expression froide; et si elles contiennent une instruction générale, c’est par les peintures qu’elles la donnent et non pas par les méditations ou par les préceptes.

Je crois cependant qu’il est une occasion où un trait de cette sorte est très agréable; c’est lorsqu’au lieu d’avoir cet air de maxime pour instruire, il a celui d’une autorité pour servir de preuve, comme en cet exemple: Je devais n’avoir que de l’horreur pour elle après son infidélité, mais on est bien faible quand on est jeune et amoureux. Je la vis hier, et je sens que je l’aime plus que jamais. Ces mots: “on est bien faible quand on est jeune et amoureux”, ressemblent bien moins à une maxime ou une sentence qu’à une citation ou une preuve. Ils suppléent à un long discours dont on aurait eu besoin pour persuader la faiblesse qu’aurait eue un homme d’aimer encore une femme après une infidélité qu’elle lui aurait faite. Cette manière a de la beauté, et est commode; mais l’usage en doit être rare, et je crois qu’une seule répétition la rendrait trop fréquente.

On peut être diffus dans le commencement d’une histoire. On peut y travailler pour soi-même, c’est-à-dire y faire voir les connaissances que l’on a sur ce qui regarde le cœur ou la vie civile. On peut dans un grand espace ne rapporter que peu de faits; mais la course doit toujours être de plus en plus précipitée parce que les lecteurs deviennent toujours de plus en plus impatients et curieux. Il faut peu à peu oublier sa propre satisfaction, et se souvenir davantage de leur marquer de la complaisance, et de cette sorte il ne faut plus faire de peintures vers la fin, puisqu’ils n’y demandent plus que des actions et des dénouements.

Les conversations font une des premières beautés de l’histoire; leur style doit avoir quelque chose de plus facile que le reste de l’ouvrage. La na´veté qui leur est nécessaire peut même faire excuser dans leur expression une simplicité et peut-être une irrégularité que l’on d’excuserait pas ailleurs. Un homme qui voit une femme sortir du bal dans le Moment qu’il y entre, pourrait lui dire hardiment: “Madame, je sors aussi, et je n’y ai que faire puisque vous d’y êtes plus.” Ce discours est assurément très commun dans son expression, et on pourrait même ajouter que ces mots: “je n’y ai que faire” font une mauvaise construction. Ce serait mal écrire que d’écrire ainsi; mais ce ne serait pas mal parler, ou du moins on pardonnerait tout en faveur de cet air naturel et sincère qui se trouve dans la pensée, et ce n’est qu’en cette faveur seule que l’on peut prendre des privilèges contre l’exactitude.

Un héros ne parle plus seul. Il sait aujourd’hui que la parole lui a été donnée pour communiquer aux autres ce qu’il pense, et non pas pour se le communiquer à soi-même. Il sait que dans cet état, le plus honnête homme fait peur ou fait rire; et il sait enfin que quand on est capable de parler de cette sorte, on n’est pas plus propre à garder un secret que quand on parle pendant que l’on dort. L’historien d’ailleurs craindrait de se rendre suspect de mensonge dans de semblables discours; et en effet si on lui demandait d’où il les aurait appris, que pourrait-il répondre? Allèguerait-il que quelques auditeurs se trouvent par hasard auprès du héros? Ce serait faire de leur indiscrétion une aventure trop basse ou trop commune. Dirait-il que le héros lui-même l’aurait révélé. Ce serait pécher contre la vraisemblance, et nous voyons tous les jours mille hommes qui sans être demidieux, loin de trouver quelque agrément à publier les paroles qui leur seraient échappées pendant leur solitude, rougissent quand on les surprend dans cette occupation, et voudraient oublier d’en avoir été capables.

La même raison qui a rejet le mélange des histoires particulières avec l’histoire principale, rejette les conversations sur les sujets vagues ou étrangers. On n’écrit plus rien dans une histoire qui ne lui soit indispensablement nécessaire, et je crois qu’il serait difficile d’y introduire une question à décider, quelque galante qu’elle pût être. Ces sortes de discours, aussi bien que ces histoires particulières, sont des espaces vides qui ne peuvent plaire que très peu et qui peuvent lasser infiniment: les uns et les autres, s’ils ne font perdre de vue les principaux personnages, chassent au moins ou affaiblissent l’idée et le souvenir des premiers caractères et de la conduite générale. Ils suspendent cette satisfaction que l’on a de ne rien voir que ce qui peut servir à nous attacher de plus en plus. Enfin le but principal et naturel de ces sortes d’ouvrages est de nous faire connaître la fortune des acteurs, ou nous intéresser pour eux; et les plus beaux chemins par lesquels on marcherait vers ce but seraient fatigants s’ils n’étaient les plus courts.

C’est par cette raison que les conversations les plus nécessaires sont courtes; elles attachent peu, et si j’en ose pénétrer le sujet, c’est qu’il est presque impossible de faire parler deux personnes d’une manière assez naturelle pour persuader aux lecteurs que sIls étaient en leur place, ils diraient et feraient la même chose qu’ils lisent. Rien ne nous plaît dans ces occasions qu’autant que nous pouvons nous I’appliquer et je ne sais si ce n’est point par là que les personnes d’esprit prennent peu de plaisir à lire les livres de conversations.

Il me semble que pour faire agréer ces discours dans une nouvelle, on devrait ne les point écrire comme un dialogue réglé et suivi; mais de temps en temps l’historien les interromprait, afin de faire quelques réflexions qui nous conservassent dans l’attachement que nous avons pris pour les héros, nous fissent insensiblement entrer dans leur esprit aussi bien que dans leur cœur, et nous préparassent ainsi sur ce qu’ils auraient à répondre.

L’exemple que I’on peut donner sur ce sujet, ne saurait être que très long, puisque pour faire naître une conversation, il faudrait décrire les intérêts des personnes qui la doivent tenir; mais aussi il serait difficile d’être bien entendu ici sans un exemple, et d’ailleurs peut-être ne sera-t-on point fâché de se relâcher l’esprit pendant quelques moments par une attention et une lecture moins difficiles que celles qui regardent les maximes et les préceptes, ou plutôt les doutes et les dissertations.

Je sais qu’il peut y avoir des personnes qui ne manqueront pas d’appliquer cet exemple, ou du moins de chercher dans le monde quels sont ce duc et cette princesse qui y parlent. Je ne crois point qu’il puisse convenir à aucun; ce n’est qu’une pure imagination, et je supplie de croire qu’il n’y a ici d’autre dessein que celui de m’expliquer plus clairement:

“...Elle le voyait sans cesse; et en quelque lieu où elle le rencontrât, soit au bal, soit à la promenade, soit aux spectacles, elle le surprenait toujours les yeux attachés sur elle d’une manière qui lui faisait assez connaître qu’il méprisait tout le reste. D’abord elle n’eut simplement que cette satisfaction qu’ont toutes les belles personnes, de ne voir regarder qu’elles dans un lieu où il y a mille beautés. Ensuite elle eut de la joie, de ce que celui qui la regardait était bien fait. Peu à peu ce plaisir qui n’avait flatté que sa gloire se glissa dans son cœur. Cet homme bien fait lui parut aimable; elle eût souhaité lui paraître elle-même encore plus belle qu’elle ne croyait l’être; elle s’ennuyait moins qu’auparavant dans les lieux où il la regardait; enfin, elle s’avoua qu’elle l’aimait, et elle en eut une honte qui la fit résoudre à lui ôter les moyens de la voir.

Ce duc avait cru voir en elle une partie des sentiments qu’il trouvait en lui-même. La rigueur qu’elle eut, lui ôta toutes les espérances dont il s’était flatté, et il les perdit avec une douleur bien plus sensible pour lui du côte de son amour que Ide celui de son ambition. La princesse n’avait peut-être pas plus de calme, mais elle avait plus de force, et il lui paraissait clairement qu’elle fuirait toujours les occasions de le voir.

Elle se trouva bientôt éloignée de cette tranquillité où elle espérait rentrer. Le duc: vint la voir chez elle, et poussé par son désespoir, il l’approcha d’une manière qui témoignait bien plus sa douleur que l’agrément de son esprit. La princesse ne put le voir si triste par l’amour qu’il avait pour elle. sans en être attendrie. Ce mouvement de tendresse, dans un temps où elle voulait si peu en paraître capable, lui inspira encore plus de rigueur, et voulant témoigner à ce duc One fierté qui l’empêchât d’en tirer de bons présages: “Je croyais, lui dit-elle avec dédain. que dans une personne Comme moi, le peu de satisfaction que l’on témoigne pour les empressements d’un homme, était une défense à lui d’en témoigner davantage. Et qui êtes-vous, Monsieur, pour me regarder sans cesse?”

Le duc n’avait pas espéré un discours plus favorable, et cependant il parut accablé: “Je ne suis rien, Mademoiselle, lui dit-il avec lenteur, mais je ne croyais pas avoir mérité que vous me le fissiez connaître.”

La princesse n’avait pris le parti du mépris que pour s’empêcher de prendre des espérances; elle n’avait pas eu dessein de lui causer une affliction mortelle, ou du moins de Illi faire un outrage. Elle fut fâchée de lui avoir donné lieu de croire qu’elle eût du mépris pour lui; elle ne voulut pas appuyer ce parti, et s’imaginant que des marques d’aversion, sans être aussi désobligeantes, pourraient également le détacher d’elle: “Je ne vous méprise point, lui dit-elle avec ĹUn trouble qui augmentait toujours; mais il ne dépend pas de nous d’aimer, et je veux même avouer que l’on n’est pas toujours raisonnable dans sa haine.”

Ce second mouvement ouvrit les yeux du duc, et lui fit revoir les mêmes choses qu’il avait cru voir. Il comprit aisément que la princesse ne se serait pas donné des libertés qui auraient été une incivilité inexcusable, si elles avaient été sincères. L’air et l’embarras où il la voyait, lui en dirent encore davantage que ses conjectures; mais il ne voulut pas lui laisser paraître ce qu’il connaissait: “Hé bien, Mademoiselle, répliqua-t-il avec toute l’action d’un homme apparemment désespéré, vous ne me verrez plus; le Roi part pour l’armée; peut-être serez-vous pour jamais délivrée de mes regards; et aussi bien, puisque vous me ha´ssez, quel soin ai-je à prendre de ma vie?”

Cette princesse ne put plus soutenir une feinte dont les suites lui paraissaient devoir être dangereuses et funestes; elle ne put plus refuser son cœur à un homme dont elle se croyait passionnément aimée, et pour qui elle avait une grande inclination: “Je ne vous hais point, lui dit-elle avec une voix qui faisait connaître la diversité de ses sentiments; je ne vous hais point et vous m’êtes plus cruel mille fois que ma mauvaise destinée; mais enfin, qu’espérez-vous? – Je n’espère plus rien, répliqua le duc en se jetant à ses pieds, il ne me reste plus rien à souhaiter, et je suis content, puisque ma princesse m’assure qu’elle ne me hait point.”

Les paroles qui forment ici la conversation, ne sont pas en grand nombre; cependant elles paraîtraient ennuyeuses si elles étaient écrites sans cet intervalle de sentiments ou de réflexions qui les préparent et qui attachent les lecteurs.

Quand je dis que les conversations doivent être courtes, je ne parle que de celles qui nouent l’intrigue, parce que les lecteurs n’ont pas encore pris assez d’intérêt dans les héros et ne sont pas encore assez entré dans leurs sentiments pour s’appliquer leur langage; mais quand cette conversation est souhaitée, quand elle tient lieu d’une aventure importante, comme par exemple, lorsqu”elle sert à éclaircir les deux premiers héros sur l’affection ou sur les sentiments qu’ils ont l’un pour l’autre, et qu’elle doit faire le dénouement de tout l’ouvrage, alors dis-je, elle peut être longue. L’esprit des lecteurs qui par un long embarras précédent et par un grand désir de voir approcher deux personnes en qui il avait pris intérêt, était comme sorti de sa situation, commence à reprendre sa tranquillité; et c’est là que l’historien a besoin d’une grande adresse pour imiter la nature dans le discours, et pour renouveler toute l’attention et tout l’attachement des lecteurs.

L’histoire doit toujours avoir une conclusion; et quand elle n’en a pas, elle n’est pas moins imparfaite que le serait une tragédie récitée sans son dernier acte; et le plus grand plaisir que puisse goûter l’esprit après toutes les inquiétudes et toutes les impatiences que donne une longue suite d’intrigues et d’événements, est de voir enfin les héros ou entrer au port ou faire naufrage.

Leur union est toujours plus souhaitée que leur mort; cependant leur mort aussi bien que leur union, fait trouver ce repos que l’esprit demande. Tant de lignes différentes trouvent également leur centre dans l’une et dans l’autre, toutes deux ne laissent plus rien à souhaiter, et l’imagination d’est pas moins arrêtée après la mort d’Ariane qu’après le mariage d’Andromède.

On s’étonnera de ce que j’avertis de donner une conclusion à l’histoire, et il parait peut-être impossible de n’y en pas donner. Ce défaut que j’appréhende est moins impossible que l’on ne croit; et parce que je me suis pour jamais ôté la liberté de blâmer les ouvrages des autres, on se contentera que je dise en général qu’il n’est pas sans exemple.

Ces sortes d’histoires, aussi bien que les pièces de théâtre, sont d’elles-mêmes une école d’édification: leur conclusion doit toujours enfermer une morale, et cette morale doit paraître sensiblement sans avoir besoin de pénétration et de lumière dans l’esprit des lecteurs. Quelque malheureuse qu’y soit la vertu, elle est toujours dépeinte avec des attraits; elle intéresse, elle donne de la pitié. Au contraire, le moindre vice ou d’habitude ou d’inclination. quelque favorable qu’il y soit, parait toujours avec des dangers, s’il ne parait pas avec des châtiments.

link

These little Pieces which have banish’d Romances are much more agreeable to the Brisk and impetuous Humour of the English, who have naturally no Taste for longwinded Performaces, for they have no sooner begun a Book but they desire to see the end of it: The Prodigious Length of the Ancient Romances, the Mixture of so many Extraordinary Adventures, and the great Number of Actors that appear on the Stage, and the Likeness which is so litle managed, all which has given a Distaste to Persons of good Sense, and has made Romances so much cry’d down, as we find ’em at present. The Authors of Historical Novels, who have found out this Fault, have [not] run into the same Error, because|<1: [v]> they take the Foundation of their History no more than one Principal Event, and don’t overcharge it with Episodes, which wou’d extend it to an Excessive Length; but they are run into another Fault, which I cannot Pardon, that is, to please by Variety the Taste of the Reader, they mix particular Stories with the Principal History, which seems to me as if they reason’d Ill; in Effect the Curiosity of the Reader is deceiv’d by this Deviation from the Subject, which retards the Pleasure he wou’d have in seeing the End of an Event; it relishes of a Secret Displeasure in the Author, which makes him soon lose Sight of those Persons with he began to be in Love; besides the vast Number of Actors who have such different Interests, embarasses his Memory, and causes some Confusion|<1: [vi]> in his Brain, because ’tis necessary for the Imagination to labour to recall the several Interests and Characters of the Persons spoken of, and by which they have interrupted the History.

Ces petites pieces, qui ont banni les Romans, sont bien plus conformes au genië, naturellement vif & Impetieux des Anglois qui ne sauroient s’accomoder de ces ouvrages de longue haleine; & qui n’ont pas plûtôt commencé un Livre, qui ils souhaitent d’en voir la fin. La longueur prodigieuse des anciens Romans, le mélange de tant dàvantures extraordinaires; le nombre d’Acteurs qui paroissent sur la scene, & la vraisemblance, qui y est sie peu menagée, en ont d’egouté les personnes de bon sens, & les ont decriés au der-|<A2v/A3r>nier point: Les Auteurs des Nouvelles Historiques aient reconnu ces deafuts, en ont profité, & n’ont pris pour le sujet de leur Histoire qu’une Action principale, la quelle ils ne chargent point d’Episodes, pour eviter la prolixité, où cela ne pouvoit manquer de les engager. Mais il me semble qu’ils ont donné dans un autre défaut, qui n’est plus guere excusable que le premier. C’est le mélange qu’ils font de quelques relations particulieres, qui ne contribuent en aucune maniere au denouèment de la principale action de leur Histoire; & cela à dessein de divertir le Lecteur, par la Varieté; en|<A3r/v> quoi il me semble qu’ils se fondent sur un faux raisonnement. En effet la curiosité du Lecteur est suspenduë, par des degressions, qui retardent le plaisir qu’il attend du denouëment d’un évenement auquel ils’interesse. Outre cela le grand nombre d’cteurs, qu’ils introduisent, & qui ont des interêts si differens, les uns des autres, emba[]rasse & trouble l’esprit, puis qu’il faut que l’imagination travaille, pour Rappeler à la memoire, ces interêts differens, & les caracteres des personnes dont ils parlent, & qui interrompent le fil d l’Histoire.

Diese kleine Schrifften aber, welche die Romainen vertrieben, sind fürnehmlich am allerbequemsten dem Genie der Engländer, so von Natur lebhafft und hitzig, gewesen; als welche den Sachen von einer Grösse und Weitläufftigkeit sich nicht gerne accomodiren; und die nicht so bald ein Buch angefangen haben, als sie nicht wünschen das Ende davon zu sehen. Die grausame Länge der alten Romainen, die Vermischung so vieler ungewohnten Begebenheiten; die Anzahl der|<1: (**)r/v> Acteurs, welche man oft aufgeführet, und das wenige wahrscheinliche, so darinnen zu finden, waren vermögend genug, Leute von klugem naturell, davon abzuschrecken, und die Romainen selbsten gleichsam zu blamiren.

Die Autores von denen historischen Nouvellen haben sich dieses genug zu Nutz zu machen wissen, nachdem sie diese Mangel erkant, und derowegen nur eine Begebenheit das Haupt-Wesen ihrer Historie seyn lassen, welche sie mit keinen Episodien oder Narrenpossen, um die Weitlaüftigkeiten zu vermeiden, beschweret, als worzu selbige ohne Zweifel Gelegenheit ihnen genug würde gegeben und verführet haben. Wie aber diese Autores sich hiervor prŠcaviret, so sind sie hergegen in andere Irrthümer gefallen, so nicht weniger Mühe als der Ersten ihre Fehler zu entschuldigen brauchen. Es rühret selbige faute aber von nichts anders, als der Erzehlung etlicher particulair Sachen, welche dorch gar nichts zu dem eclaircissement der Principal Action contribuiret her, und das dessein haben durch die Variete den Leser zu ergetzen; in der That aber hierin auf ein falsches Principium oder schlechtes fundament beruhen. Und nun die Wahrheit zu reden, so wird die attention des Lesers durch so viele digressiones unbillig aufgehalten; sintemahl selbige das plaisir, welches er von der Aus-|<1: (**)v/(**)2r>wicklung einer Begebenheit, worin er sich mit seiner Couriosite gemischet, hoffet, zu viel verzögert.

Überdem, so verwirren die grosse Anzahl der Acteurs, welche sie einführen, und welche unterschiedliches Interesse einer von den andern haben, den Verstand nicht wenig; Sintemahl es vonnöthen, daß die imagination continuirlich arbeite, uns dieses unterschiedene Interesse, und die Characteres der Personen, wovon sie reden, wieder in das Gedächtniß zu bringen, welches denn die Suite der Historie ziemlich unterbricht.

Pour mieux attacher l’esprit du Lecteur, il ne faut pas choisir des évenements trop anciens, ni des Heros inconnus, qu’on aille chercher dans Pais barbare & trop éloigné; on ne s’interesse guéres à ce qui s’est passé il y a mille ans; chez les Tatares; ou chez Abyssins: il faut encore que les noms des Heros ayent quelque chose de doux; un nom barbare blesse la vûë & l’imagination: Comme l’Histoiren peint ses Heros à son gré, il faut qu’il leur donne des qualitez, qui affectionnent le Lecteur, & qui l’attachent á fa fortune. Mais il doit principalement observer par tout avec soin la vraisemblance, qui consiste à ne dire, que ce qui est moralement croyable. Il y ades veritez qui ne sont pas toûjours|<54> vraisemblances. Par example, c’est une verité constante dans l’Histoire Romaine, que Neron a fait mourir sa mere; mais c’est une chose contre la vraisemblance, qu’un fils trempe ses mains dans le sang de sa propre mere. Il n’est pas moins contre la vraisemblance, qu’un Capitaine ait arrêté seul, á la tête d’un Pont, une Armée toute entiere; quoi qu’il ne foit pas contre la vraisemblance, qu’un fort petit nombre de soldats arrête dans des défilez, des Armées prodigieuses, parce que la situation du terrain les favorise, & rend les choses á peu prés égales. Celui qui écrit une Histoire vra´e, doir raporter les evenemens comme ils sont arrivez, sans se metre en peine de les adoucir, pour les rendre plus cro´ables, parce qu’il n’est pas obligé de répondre de leur vraisemblance: mais celui qui compose une Histoire á sa fantasie, donne à ses Heros le caractere qu’il lui plait amene les incidens, comme il l juge à propos, sans qu’il craigne d’être démenti pas d’autres Histoirens; ainsi il est obligé de ne rien dire contre la vraisemblance. Il faut cependant l’avouer, qu’un Historien fait paroître l’elevation de son génie, lors qu’avançant des faits donne des coleurs, & des apparences capables de persuadir.

For the Reader’s better Understanding, we ought not to chuse too Ancient Accidents, nor unknown Heroes, which are sought for in a Barabarous Country, and too far distant in Time, for we care little for what is done a Thousand Years ago among the Tartars or Abyssines.

Pour l’intelligence & la satisfaction du Lecteur, on ne doit pas aussi choisir des accidens trop éloigneés, ni des Heros inconnus, que l’on aille chercher dans des Païs barbares, par ce que|<A3v/A4r> l’on ne s’interesse guere aux choses qui se sont passées, il y a mille ans, parmi les Tartares, & les Abyssins.

Ferner, so muß man ja des Verständnisses wegen, und dem Leser Genügen zu leisten, keine allzuweit hergeleitete Zufälle, noch unbekante Helden, welche aus denen barbarischen fremden Ländern hergeholet, anführen und einmischen; sintemahl einer sich nicht leicht um Sachen, so vor Tausend Jahren unter Tartarn und Abysinern vorgegangen und sich zugetragen, bekümmert.

The Names of Persons ought to have a Sweetness in them, for a Barbarous Name disturbs the Imagination; as the Historian describes the Heroes to his Fancy, so he ought to give them Qualities which affect the Reader, and which fixes him to his Fortune; but he|<1: [vii]> ought with great Care to observ[e] the Probability of Truth, which consists in saying nothing but what may Morally be believed.

On doit même avoir soin de choisir des noms agreables à l’oreille, les Noms barbares lui faisant de la peine: Et comme l’Historien forme ses Heros à sa fantaisie, il doit leur donner des qualités, qui interessent le Lecteur, & sur tout, il doit prendre garde de ne s’éloigner jamais de la vrai semblance; qui consiste à ne dire rien que l’on ne puisse croire morallement.

Wobey dann auch nicht unterwegen sollen gelassen werden, Namen, so dem Gehör angenehm zu erwählen, sintemahl barbarische Namen dem Leser verdrießlich, und gleich wie der Historien-Schreiber, seine aufzuführende Helden nach seine Phantasie erwehlen kan, so soll er ebener massen demselben solche qualitäten oder Tugenden, welche den Leser|<1: (**)2r/v> interessirt machen, zu legen. Über haupt aber observiren, und sich hüten, daß er sich niemahls zu weit von der Wahrscheinlichkeit entferne; welche darinnen bestehet: daß er nichts sage, welches man nicht zum wenigsten moraliter oder daß es sich begeben könne, gläuben müste.

For there are Truths that are not always probable; as for Example, ’tis an allowed Truth in the Roman History, that Nero put his Mother to Death, but ’tis a Thing against all Reason and Probability that a Son should embrue his Hand in the Blood of his own Mother; it is also no less probable that a Single Captain shou’d at the Head of a Bridge stop a whole Army, although ’tis probable that a small Number of Soldiers might stop, in Defiles, Prodigious Armies, because the Situation of the Place favours the Design, and renders them almost Equal. He that writes a True History ought to place the Accidents as they Natu-|<1: [viii]>rally happen, without endeavouring to sweeten them for to procure a greater Credit, because he is not obliged to answer for their Probability; but he that composes a History to his Fancy, gives his Heroes what Characters he pleases, and places the Accidents as he thinks fit, without believing he shall be contradicted by other Historians, therefore he is obliged to Write nothing that is improbable; ’tis nevertheless allowable that an Historian shows the Elevation of his Genius, when advancing Improbable Actions, he gives them Colours and Appearances capable of Perswading.

Il y a même des verités qui choquent quelque fois cette vrai semblance; Par exemple, nous apprenons dans l’Histoire Romaine, & c’est un fait dont tout le monde convient, que Neron fut le murtrier de sa Mere; Cependant c’est une|<A4r/A4v> chose qui blesse la raison & cette vraisemblance, puis qu’il n’est pas naturel qu’un fils trempe les mains dans le sang de sa propre Mere. Il n’est pas moins incroyable qu’un seul Capitaine puisse faire tête à une Armée entiere, & l’arreter à la tête d’un pont? quoi que l’on puisse facilement concevoir qu’un petit nombre de Soldats soit capable d’arrêter und grande Armée, dans un defils, la situation du lieu favorisant leurs dessein, & les rendant pres qu’ egaux. Ceux qui ecrivent une veritable Histoire, doivent en rapporter les inςidens avec, exactitude, sans tâcher de les addoucir, pour leur procurer plus de credit, par ce qu’il ne sont pas responsables de la probabilité; Mais celui qui compose une Histoire, à sa fantasie; qui peut donner a ses|<A4v/A5r> heros le caractere qui lui plait, & placer les incidens, comme il le juge à propos, sans craindre d’être contredit par d’autres. Historiens, ne doit rien écrire qui ne soit vraisemblable: Il est cependant permis à un Historien de faire parroitre son genië, lors qu’il avance des choses extraordinaires, en leur donnant des coulleurs propres à persuader.

Wiewohl nicht zu leugnen, daß es auch Wahrheiten gebe, welche etliche mahl auch dieser Wahrscheinlichkeit einen Anstoß geben; zum Exempel: Wir sehen in der Römischen Historie, (eine Sache, worin die gantze Welt einstimmig) daß Nero der Mutter-Mörder seiner Mutter gewesen: unterdessen ist diß eine Sache, welche fast wider die Vernunfft, und nichts wahrscheinliches zu haben scheinet: sintemahl es nicht natürlich, daß ein Sohn seine Hände in dem Blut seiner eigenen Mutter wasche. Nicht weniger ist es ungläublich, daß ein eintziger Officier einer gantzen Armee den Kopf bieten, und selbige auf das äuserste einer Brücken aufhalten könne? wiewohl man es leich begreifen kan, daß eine kleine Anzahl von Soldaten eine gantze Armee in einen engen Paß zu arrestiren vermögend, indem solcher gestalt die Situation des Orts ihr dessein favorisiret, und sie bey nahe gleich machet:

Denenjenigen, welche eine wahrhaffte Geschichte erzehlen, liegt es aber auch ob, alle Um-|<1: (**)v/(**)3r>stände genau in Acht zunehmen, und dieses oder jenes nicht zu verkleinern, oder zu vergrössern, um sich dadurch bey dem Leser in bessern Credit und Ăstim zu setzen, zumahl sie, wann auch die Sache nicht wahrscheinlich heraus käme, davon zu repondiren schuldig. Eine andere Bewandniß hingegen hat es mit denselbigen, der eine Geschichte nach seiner Phantasie schreibet; welcher denen Helden und Grossen einen Characteur, wie es ihm gefällt gibt, und die Neben-Dinge, so wie er es für gut befindet, einrichten kan, ohne daß er einige Wider- oder Gegen-Rede von andern Historien-Schreibern befürchten darf. Ein solcher soll zu wenigsten nichts schreiben, so nicht der Wahrheit gemäß kömmt: Ob es zwar dem ungeachtet einem Historico erlaubet ist; seinen Verstand sehen zu lassen; wann er sich Extraoridinairer Dinge unterfängt, daß er nemlich denenselbigen eine Farbe, wodurch er desto eher persuadiren könne, gebe.

L’une des choses à quoi l’Auteur doit le plus prendre garde, est de bien conserver le caractere des personnes qu’il introduit. Les Faisseurs de Romans donnent à toutes leurs heroines des vertus extraordinaires, éxemptes de toute foiblesse, & bien a dessus de leur sexe. Il est necessaire qu’elles soient vertueuses, pour meriter l’estime & l’affection du Lecteur, mais il faut ménager leur vertu, & ne la mettre pas à toutes sortes d’épreuves. Il ne feroit nullemnt vraisemblable, qu’une jeune personne éperduëment aimée d’un homme, qui auroit une tendresse reciproque, se trouvant à tous momens seule avec lui, dans des lieux qui favorisent leur amour, pût toûjours resister à ses attaques: ce sont des occasions trop delicates; un Auteur n’observeroit pas assez les bienséances, s’il y exposoit|<56>ses Heroines; s’est une faute, où les faiseurs des Romans tombent à chaque page: ils veulent èbloir le Lecteur par ce merveilleux, mais il faut que le merveilleux soit croyable, pour faire quelque impression sur l’esprit des personnes raisonnables: Les caracteres sont mieux ménagez dans les Nouvelles Historiques, que l’on écrit aujourd’hui; on ne les remplit, plus de grandes aventures, ni d’évenemens extraordinaires; l’action la plus simple peut attacher le lecteur par les circonstances dont elle est revêtuë; il entre dans tous les infquiétudes de l’Acteur, quand on lui en a bien exprimé le caractère. S’il est jaloux, un regard de la personne qu’il aime, un souris, un tour de tête, la moindre complaisance pour un rival, le jettent dans des grandes agitations, que les Lecteurs sentent par contrecoup: S’il a une grande vertu, & qu’il tombe dans le malheur, sans se l’être attiré, on le plaint, on compâtit à son infortune; car la crainte & la pitié dans les Romans, comme dans la Tragedie, font les deux|<57>refforts, qui remuënt toutes les passions; on se met, en quelque maniere, à la place de ceux que nous voyions en quelque danger; la part qu’on y prend, & la crainte de tomber dans de semblables malheurs, fait que l’on s’interesse davantage à leurs avanture, parce que ces sortes d’accidens peuvent arriver à tout le monde; & ils nous touchent d’autant plus, qu’ils sont des effets ordinaires de la nature.

One of the Things an Author ought first of all to take Care of, is to keep up to the Characters of the Persons he introduces. The Authors of Romances gave Extraor-|<1: [ix]>dinary Virtues to their Heroins, exempted from all the Weakness of Humane Nature, and much above the Infirmities of their Sex; ’tis Necessary they shou’d be Virtuous or Vicious to Merit the Esteem or Disesteem of the Reader; but their Virtue ought to be spared, and their Vice exposed to every Trial: It wou’d in no wise be probable that a Young Woman fondly beloved by a Man of great Merit, and for whom she had Reciprocal Tenderness, finding her self at all Times alone with him in Places which favour’d their Loves, cou’d always resist his Adresses; there are to Nice Occasions; and an Author wou’d not enough observe good Sense, if he therein exposed his Heroins; ’tis a Fault which Authors of Romances commit in every Page; they would Blind the|<1: [x]> Reader with this Miracle, but ’tis necessary the Miracle shou’d be feisable, to make an Impression in the Brain of Reasonable Persons; the Characters are better managed in the Historical Novels, which are writ now-a-days; they are not fill’d with great Adventures, and extraordinary Accidents, for the most simple Action may engage the Reader by the Circumstances that attend it; it enters into all the Motions and Disquiets of the Actor, when they have well express’d to him the Character. If he be Jealous, the Look of a Person he Loves, a Mouse, a turn of the Head, or the least Complaisance to a Rival, throws him into the greatest Agitations, which the Readers perceive by a Counter-blow; if he be very Vertuous, and fals into a Mischance by Accident, they Pity him|<1: [xi]> and Commiserate his Misfortune; for Fear, and Pity in Romance as well as Tragedies are the Two Instruments which move the Passion; for we in some Manner put our selves in the Room of those we see in Danger; the Part we take therein, and the fear of falling into the like Misfortunes, causes us to interest our selves more in their Adventures, because that those sort of Accidents may happen to all the World; and it touches so much the more, because they are the Common Effects of Nature.

Une autre chose à laquelle un Auteur doit s’attacher, indispensablement s’est de soutenir le caractere des personnes qu’il introduit. Les Auteurs des Romans donnent des vertus extraordinaires à leurs heroines, qu’ils representent exemtes de toutes les foiblesses humaines, & au dessus des infirmitez de leur sexe; Il est à propos qu’elles aient des vertus, ou|<A5r/v> des vices, pour se faire estimer ou mépriser du Lecteur; Mais on doit épargner leur vertu, & exposer leur vice. Il n’y a nulle apparence qu’une jeune personne, passionnément aimée, par un homme de merite, pour lequelle elle a une tendresse reciproque, se trouve à toute heure, seule avec lui, dans des lieux qui favorisent son amour, & qu’elle puisse toûjours resister à ses empressemens. Il se trouve top d’occasions delicates, aux quelles un Auteur, de bon sens, ne sauroit exposer les heroines sans commettre une faute. C’en est cependant une, que les faiseurs des Romans, commettent a châque page. Il croyent éblouir le Lecteur par ces miracles, qui ne sauroient faire d’impression sur l’esprit d’une personne raisonnable. Les caracteres sont|<A5v/A6r> mieux soutenus das les nouvelles Historiques, qu’on écrit aujourdhui. Elles ne sont ni remplies de grandes avantures, ni d’incidens extraordinaires: Les action les plus simples sont en effet suffisantes pour engager le Lecteur, par les circonstances dont elle sont accompagnées; & pour le faire interesser dans tous les mouvemens, & das toutes les inquietudes de lĹActeur, lors que son caractere est bien exprimé. Lors qu’il est jaloux, un regard de la personne aimée, un mouvement de tête, ou la moindre complaisance envers un Rival, le jette dans des agitations mortelles, dont la Lecteur s’apperςoit par un contrecoup. Lors qu’il est vertueux & que le fortune lui est contraire, on le plaint, & on partage ses maux: Car la crain-|<A6r/v>te & la pitiι sont les deux moyens les plus propres pour toucher les Passions soit dans les Romans, soit dans les Tragedies. Nous nous mettons en quelques maniere en la place de ceux que nous voyons en danger: La part que nous y prennons, & la crainte que nous avons de tomber en de pareils malheurs, nous fait interesser en leurs avantures, par ce que sont des choses qui peuvent arriver à tout le monde; & nous en sommes d’autant plus touchés, que se sont des productions ordinaires de la Nature.

Es ist aber noch eine andere Remarque, welche ein Autor unfehlbar observiren soll, nemlich daß er den Characteur desjenigen, den er einführet behaupte. Die Romain-Schreiber legen gemeiniglich ihren Helden ausserordentliche Tugenden bey, als welche sie von allen menschlichen Schwachheiten befreyet einführen, und über der Schwachheit ihres Geschlechts ehrheben. Daß man ihnen Tu-|<1: (**)3r/v>genden vor andern beylegt, oder Laster, damit man sie Šstimiren, oder verachten könne, ist nicht unbillig. Aber man muß derohalben ihre Tugenden nicht allzugroß, und die Laster hingegen nicht zu geringe vorstellen, sondern letztere mehr als erstere abbilden. Wer wolte wol gläuben, daß eine junge Person, die inbrünstig von einem galanten Menschen von meriten geliebet würde, und gegen welchen Sie gleichfals einige tendresse heget, ja bey welchen sie sich immer allein, und zwar an solchen Orten, welche der Liebe favorisiren, befindet; allezeit dessen Bitten und Flehen widerstehen könne. Viele Gelegenheiten finden sich, welche so reitzend, bey welchen ein Autor von Verstand, unmöglich eine Heldin ohne einen Fehler zu begehen, aufführen kan. Und welches je mehr es zu meiden, je öfter doch von denen Romain-Schreibern auf jeder Seite fast begangen wird. Durch diese Wunder gläuben sie dem Leser einen Dunst vor die Augen zu machen; da solche sonsten bey einem vernünfftigen Gemüth keinen Ingressum gefunden hätten.

In denen Nouvelles Historiques, welche man heutiges Tages schreibt, sind die Characteres also besser observiret. Sie sind nemlich weder mit allzugrossen avanturen erfüllet, noch mit vielen seltsamen Begebenheiten, zumahl in der That, die einfältigsten Ge-|<1: (**)3r/v>schichte nicht nur vermögend genug sind den Leser, durch die vielen Umstände, so mit selbigen verbunden, zu engagiren, als auch denseben gleichsam zu disponiren, daß er bey allen Veränderungen und Unruhe des Gemüts, der vorgestellten Person, zumahl wann selbiger Character wohl exprimiret, Theil nehme. Ist der eifersüchtig, so kan ihr der geringste Blick von der geliebten Person, ein eiteles Kopf-wincken, oder die allergeringste Gefälligkeit, gegen den Neben-Buhler, tödtlichen Vedruß erwecken, woran dann der Leser, gleichsam als durch ein Zurückprellen, auch seine E[m]pfindung hat. Ist sie tugendhaft, und ihr das Glück zuwider, so beklaget man sie, und nimmt Theil an ihrem Unglück. Sintemal die Furcht und das Mittleiden, die zwey eigentliche Mittel sind die passiones recht anzugreiffen, es sey in denen Romainen, oder auch den Tragoedien. Wir stellen uns hier etlicher massen an die Stelle der jenigen, welche wir in Gefahr sehen. Den Theil, den wir daran nehmen, und die Furcht, welche wir haben in dergleichen Unglück zu fallen, ist, daß wir uns bey ihren avanturen um so viel eher interessiren, weil es Sachen, die jederman begegnen können; wir werden um so viel mehr dadurch gerühret, als es ordinaire Begebenheiten der Natur seynd.

Les Heros des anciens Romans n’ont rien de naturel; tout est outré dans leurs caracteres, toutes leurs avantures tiennent du prodige, toutes leurs actions ont du merveilleux; enfin ce ne sont pas des homme. Un Prince seul, attaqué par un grand nombre d’ennemies; ou de brigands, bien loin de ceder à la foule, fait des efforts incroïables de valeurd; les bar, les met en fuir, delivre tous les prisonniers, & met à mort une infinite de gens pour meriter le titre de Heros. Un Lecteur sense ne prend nulle part à ces avantures fabuleuses, ou du moins il n’en est que mediocrement touché, parce qu’elle ne sont point naturesses, & qu’on ne les |<58> croit pas. Les Heros des Romans modernes sont mieux caracterisez; on leur donne des passions, des vertues, ou des vices, qui sent de l’humanité; ainsi tout le monde se retrouve dans ces peintures, qui doivent être précises, & marquées par des traits qui expriment nettement le caractère du Heros, afin que l’on ne s’y trompe pas, & que l’on connoisse d’abord sa qualité predominante, qui doit donner le branle à tous les mouvements, & à toutes les actions de sa vie. C’est ce qui inspite au Lecteur de la curiosité, & que certaine impatience de voir la fin des incidens, dont la lecture cause un plaisir fort exquis, quand ils sont finement maniez, Les mouvemens du cœur en donnent encore davantage; mais il faut que l’Auteur ait une grande pénétration pour les bien démêler, & pour ne point le perdre dans ce labyrinte: la plûpart des Auteurs se contentent de peindre les hommes en general; ils les represent avares, courageux, ambitieux, sans entrer dans le détail, & sans specifier le caractere de leur avarice, de leur valeur, ou de leur ambition; |<59> ils ne sentent point ces differences délicates, que les connoisseurs remarquent dans les passions: En effet le temperamment, les humeurs, les conjoncture, donnent aux vices de nouvelles attitudes; le tour de l’esprit, les mouvemens du cœur, les affections, les interêts, changent la nature des passions, qui sont differentes dans tous les hommes; le génie de l’Auteur paroit merveilleusement quand il développe nettement ces differences, & qu’il met sous les yeux du Lecteur ces matieres presque imperceptible, & qui échappent à la vûë de la plûpart des Auteurs; parce qu’ils n’ont pas une connoissance assez éxacte des replis, & des mouvements du cœur humain; & qu’ils ne connoissent que le gros des passions, dont ils ne sont que des peintures generales.

The Heroes in the Ancient Romances have nothing in them that is Natural; all is unlimited in their Character; all their Advantages have Something Prodigious, and all their Actions Something that’s Marvellous; in short, they are not Men: A single Prince at-|<1: [xii]>tack’d by a great Number of Enemies, is so far from giving Way to the Croud, that he does Incredibie Feats of Valour, beats them, puts them to flight, delivers all the Prisoners, and kills an infinite Number of People, to deserve the Title of Heroe. A Reader who has any Sense does not take part with these Fabulous Adventures, or at least is but slightly touch’d with them, because they are not natural, and therefore cannot be believ’d. The Heroes of the Modern Romances are better Characteriz’d, they give them Passions, Vertues or Vices, which resemble Humanity. Thus all the World will find themselves represented in these Descriptions, which ought to be exact, and mark’d by Tracts which express clearly the Character of the Heroe to the end we may not be deceiv’d, and may presently know our predominant|<1: [xiii]> Quality, which ought to give the Spirit all the Motion and Action of our Lives; ’tis that which inspires the Reader with Curiosity, and a certain impatient Desire to see the End of the Accidents, the reading of which causes an Exquisite Pleasure when they are Nicely handled; the Motion of the Heart gives yet more, but the Author ought to have an Extraordinary Penetration to distinguish them well, and not to lose himself in this Labyrinth. Most Authors are contented to describe Men in general, they represent them Covetous, Courageous and Ambitious, without entering into the Particulars, and without specifying the Character of their Covetousness, Valour or Ambition; they don’t perceive Nice Distinctions, which those who|<1: [xiv]> know it Remark in the Passions; in Effect, the Nature, Humour and Juncture, give New Postures to Vices; the Turn of the Mind, Motion of the Heart, Affection and Interests, alter the very Nature of the Passions, which are different in all Men; the Genius of the Author marvellously appears when he Nicely discovers those Differences, and exposes to the Reader’s Sight those almost unperceivable Jealousies which escape the Sight of most Authors, because they have not an exact Notion of the Turnings and Motions of Humane Understanding; and they know nothing but the gross Passions, from whence they make but general Descriptions.

Les Heros des anciens Romans n’ont rien qui soit naturel: Il n’y a rien de Limite dans leur Caractere: Toutes leurs avantures tiennent du prodige, & leurs actions du merveilleux: En un mot, ce ne sont pas des|<A6v/A7r> hommes. Un Prince seul, attacqué par un grand nombre d’Enemis, loin de ceder au nombre, fait des actions incroyables; il les bat, les met en déroute, delivre les prisonniers, & tuë un nombre infini de personnes, pour meriter le nom de Heros. Cependant un Lecteur de bon sens, ne sauroit s’interesser en des avantures si outrées, ou du moins n’en est touchés que très-legerement, par ce qu’elles ne sont pas naturelles, & par consequent mans modernes sont mieux caracterisez, On leur donne des Passions, des Vertus, ou des Vices, qui ressemblent plus à la nature humaine. Cela fait qu’on le reconnoit dans leurs descriptions; qui doivent être exactes, & marquées, par des traits qui expriment & designent clai-|<A7r/v>rement le Caractere du Heros, de sorte qu’on ne puisse s’y tromper, & qu’on reconnoisse à la premiere vuë ses propres qualitez predominantes, qui doivent donner à l’esprit tous les mouvemens de la nature, C’est cela qui inspire au Lecteur la curosité & l’impatience de voir l’evenement des accidens, dont la lecture donne tant de plaisir, lorsqu’ils sont representez avec delicatesse. Les mouvemens du cœur en donnent encore davantage; mais il faut que l’Auteur ait de la penetration pour les bien distinguer, & ne se pas perdre dans ce Laberinte. La plûpart des Auteurs se contentent de representer les hommes en general, avaritieux, couragieux, ou remplis d’ambition, sans specifier le Caractere de leur Ava-|<A7v/A8r>rice, de leur Valeur ou de leur Ambition. Ils n’apperςoivent pas les distinctions delicates que ceux qui les connoissent remarquent dans les Passions, En effet, la Nature, l’humeur, & la conjoncture, donnent un air different au Vice. Le tour de l’Esprit, le mouvement du cœur, l’affection & l’interêt, changent la nature des Passions, qui sont differentes dans tous les hommes. Le genie de l’Auteur paroit avec éclat, lors qu’il decouvre avec delicatesse ces differences; &qu’il expose aux yeux du Lecteur ces Jalousies, presque imperceptibles, qui échappent à la Vuë des Auteurs ordinaires, qui n’ont pas une Idée juste, des regles & des mouvements de l’entendement humain, & qui ne connoissent que les passions grossiers, & qui fait qu’ils ne sont que des descriptions generales.|<A8r/v>

Die Helden der alten Romainen haben fast|<1: (**)4r/v> nichts Natürliches an sich, und ihr Stand oder Characteur hat keine Gräntzen: alles was ihnen begegnet, sind ungemeine Wunder, und ihre Handlungen erstaunende Wercke. Und mit einem Wort: Sie sind keine Menschen. Einer von ihren Fürsten allein, wann er durch eine grosse Anzahl Feinde angefallen, begehet ungläubliche Thaten. Er schlägt sich nicht allein, und bringet sie in confusion, sondern befreyet die Gefangenen dazu, und erwürget eine unzehlige Menge, um den Nahmen eines Helden zu verdienen.

Ein Leser von Verstand unterdessen kan an solchen so abgeschmackten Begebenheiten unmöglich Theil nehmen, geschiehet es, so ist er doch nur gantz wenig davon gerühret; sintemahl selbige nicht natürlich, und dazu ungläublich sich befinden. Die Helden in denen heutigen Romainen sind demnach besser beschaffen. Selbigen leget man passionen oder Gemüths-Neigungen, und Tugenden oder Laster, welche der menschlichen Natur zukommen, bey, welches denn macht, daß man sie aus ihrer Beschreibung erkennet, und derohalben solche accurat und mit solchen Kennzeichen und expressionen, welche deutlich den Character des Helden vorstellen, machen muß. Also daß man im ersten Anblick seine herrschende affecten, welche hernach das Gemüth des Lesers aller menschlichen Neigungen theilhafftig|<1: (**)5v/6r> machen, erblicket. Und dahero wird denn dem Leser die Curiosite sammt der Begierde gleichsam eingepfanzet, den Ausgang derer Begebenheiten aus welcher Lesung er so grosses Vergnügen ziehet, zumahl wann selbige artig vorgestellet sind, zu hören. Zwar ist nicht zu leugnen, daß die Bewegung des Hertzens noch mehr Vergnügen bringe; allein es ist vonnöthen, daß ein Autor sehr guten Verstand habe, um selbe voneinander wol zu unterscheiden, und sich in diesem Labyrinth nicht zu verirren. Der meiste Theil derer Autoren seynd gemeiniglich zu frieden, wenn sie die Menschen gemeiniglich geitzig, tapffer oder voller ambition vorstellen, ohne auf eine speciale Beschreibung zu gehen, und ohne zu erzehlen die Merckmahle oder Zeichen, von ihrem Geitz, Tapfferkeit oder Begierde. Sie begreiffen nicht den angenehmen Unterscheid, den die jenigen, die ihn erkennen, bey denen Gemüths-Neigungen remaquiren. Und gewißlich, die Natur, der Sinn oder humeur, und die Umstände der Zeit geben auch denen Lastern ein differentes ansehen. Über dem, so können die Geschicklichkeit u. Finessen des Verstandes, die Neigungen des Hertzens, und die Liebe und der Nutzen, die Natur der passionen, welche ohnedem so unterschiedlich, als Menschen sind, sich befinden, sehr verändern.

Der Verstand eines solchen Autoris, der diesen Unterscheid mit Annehmlichkeit zu ent-|<1: (**)5r/v>decken weiß, verdienet nicht wenig Lob, wann er über dem denen Augen des Lesers den affect der Eyfersucht, so beynahe sonsten unbegreiflich vorstellet. Zumahl dieser denen Augen derer Autoren gemeiniglich entwischet, als welche keinen Begrif, von denen Regeln des Verstandes und menschlichen Willens haben, und welche keine andere, als die allergröbesten passionen kennen, welches dann auch macht, daß sie nichts anders als generale Beschreibungen entwerffen.

Celui qui écrit une Histoire, vraye, ou fausse, doit marquer d’abord le temps, & la scene, où les évenements se sont passez, afin que le Lecteur ne soit pas long-temps en balance. Il faut aussi qu’il trace en peu de mots, le pourrait des personnes, qui ont une part considerable dans son |<60> Histoire, pour affectionner & interesser le Lecteur, C’est une chose qui ne releve guére le merite d’un Heros, que de le louer par les traits de son visage, ce détail bas & trivial rebute les personnes de bon goût: ce sont les qualitez de l’ame qui doivent le rendre recommandable, & ce sont elles aussi, qu’il faut décrire plus en détail, sur tout dans le principal Heros; car il y a des Auteurs du second ordre, qui ne servent qu’à nouer l’intrigue, on ne doit pas les faire entrer en parallelle avec les premiers, ni leurs donner des qualitez, qui les fassent également estimer. Ce n’est point par des expressions outréesm ni par des louanges entassées les unes sur ses autres, que l’on aquiert à Heros l’estime du Lecteur; leurs actions doivent parler pour eux; c’est par-là; qu’ils se sont connoître, & qu’ils sepeignent eux-mêmes. Quoi qu’ils doivent avoir de rares qualitez, ils ne les ont pas tous dans un degré égale; il est impossible qu’ils n’ayent quelques imperfections, puis que ce sont des hommes; mais il ne faut pas que leurs imperfections détruisent le caractere qu’on leur attribuë. Si on les dépeint |<61>braves, genereux, liberaux, on ne doit pas leur attribuer des bassesses ni des lâchetez, parce que les actions démentiroient le caractere, & la vertu prédominante du Heros. Ce ne’est pas que Saluste, qui est si heureux à bien peindre les hommes, das le Portrait qu’il a fait de Catilina, ne le dépeigne en quelque façon prodigue, & avare tout ensemble; car il dit que cet homme ambitieux faisoin des prosusion de son propre bien, & qu’il ravissoit le bien d’autrui avec une avidité extrême. Mais ces deux mouvemens, qui paroissent contraires, étoient inspirez par le même esprit; c’étoient des effets de l’ambition démésurée de Catalina, & du desir qu’il avoir de s’élever par le secours de ses créatures sur les ruines de la Republique Romaine: un projet si vaste ne pouvoit être éxercuté qu’avec de grandes sommes d’argent, ce qui obligeoit Catalina à faire toutes sortes de vexation, pour en amasser de tous côtez.

He that Writes either a True or False History, ought immediately|<1: [xv]> to take Notice of the Time and Sense where those Accidents happen’d, that the Reader may not remain long in Suspence; he ought also in few Words describe the Person who bears the most Considerable Part in his Story to engage the Reader; ’tis a Thing that little conduces to the raising the Merit of a Heroe to Praise him by the Beauty of his Face; this is a mean and trival Detail, that discourages Persons of good Taste; ’tis the Qualities of the Soul which ought to render him acceptable; and there are those Qualities likewise that ought to be discourag’d in the Principal Character of a Heroe, for there are Actors of a Second Rank, who serve only to bind the Intrigue, and they ought not to be compar’d with those of the First Order, nor be given|<1: [xvi]> Qualities that may cause them to be equally Esteem’d; ’tis not by Extravagant Expressions, nor Repeated Praises, that the Reader’s Esteem is acquired to the Character of the Heroe’s, their Actions ought to plead for them; ’tis by that they are made known, and describe themselves; altho’ they ought to have some Extraordinary Qualities, they ought not all to have ’em in an equal degree; ’tis impossible they shou’d not have some Imperfections seeing they are Men, but their Imperfections ought not to destroy the Character that is att[r]ibuted to them; if we describe them Brave, Liberal and Generous, we ought not to attribute to them Baseness or Cowardice, because that their Actions wou’d otherwise belie their Character, and the Predominant Vir-|<1: [xvii]>tues of the Heroes: ’Tis no Argument that Salust, though so Happy in the Description of Men, in the Description of Cataline does not in some manner describe him Covetous also; for he says this Ambitious Man spent his own Means Profusely, and raged after the Goods of another with an Extream Greediness; but these Two Motions which seem contrary were inspired by the same Wit; these were the Effects of the Unbounded Ambition of Cataline, and the desire he had to Rise by the help of his Creatures on the Ruins of the Roman Republick; so vast a Project cou’d not be Executed but by very great Sums of Money, which obliged Cataline to make all Sorts of Efforts to get it from all Parts.|<1: [xviii]>

Celui qui écrit une Histoire veritable, ou feinte, doit marquer d’abord le tems & le lieu ou se sont passés les choses dont il fait la relation, afin de ne pas tenir le Lecteur en suspens.

Il doit, aussi representer, en peu de paroles, le caractere de la personne la plus considerable de son Histoire afin d’interresser le Lecteur. La description de la beauté de la beauté d’un Heros, ne contribuë guere à faire valoir son merite. Et c’est une bagatelle qui rebute les personnes de bon gout. Ce sont les qualitez de l’ame qui doivent le rendre recommendable; & on dit passer sous silence, les autres dans le Caractere du premier eros, parce qu’il se trouve des Acteurs du second rang, qui ne servent qu’à lier l’intrigue, les quels ne doivent pas entrer en comparai-|<A8v/A9r>son avec ceux du premier ordre; & auxquels on ne doit pas donner des qualitez qui les fassent estimer également. Ce n’est ni par des expressions outrées, ni par des loüanges reïterées, que l’on fait estimer le Caracteres des Heros au Lecteur ? Ce sont leurs actions qui nous touchent, & qui les font connoitre. Ils doivent avoir des qualitez extraorninaire; mais il ne s’en suit pas qu’ils les aient tous au même degré. Ils n’est pas possible aussi, qui’ils n’ayent quelques imperfections, puisqu’ils sont hommes; mais ces imperfections ne doivent pas détruire le Caractere qu’on les reprefentez braves, Liberaux, genereux, in ne doit pas leur laisser faire la moindre bassesse ni aucune lâcheté, par ce que leurs actions dementiroient|<A9r/v> leur Caractere, & les vertus dominantes des Heros. On ne doit tirer aucune consequence, de ce que Saluste, si heureux dans la description des hommes, nous represente, en quelque maniere, Catalina comme un avaritieux, en disant que cet Ambitieux, prodigue de son propre bien, cherchoit avec ardeur à s’emparer de celui des autres: puisque ces deux mouvements, qui semblent opposés, partoient d’une même fource. C’étoient des effets de l’ambition démesurée de Catalina, & du desir qu’il avoit de s’elever, par le moyen de ses crèatures, sur les ruines de la Republique Romaine. Un projet de cette nature ne pouvoit s’executer que par de grandes sommes d’argent, & ce la obligeoit Catalina à faire tous|<A9v/A10r> ses éfforts pour en tirer de tous côtés.

Um aber weiter zu gehen, so gebühret denjenigen, der eine veritable, oder erdichtete Historie schreibet, alsobald die Zeit und den Ort, wo die Sachen sich zugetragen, welche er erzehlet, zu benennen, damit er den Leser nicht zu lang in Zweifel und Ungewißheit lasse. Wobey er denn mit wenigen Worten gleich den Stand und Ch[a]racter der considerabelsten Person seiner Geschicht zu beschreiben nicht manquiren soll, damit er den Leser gleich anfangs interessirt mache. So viel aber dieses nutzet, so wenig hingegen nutzet diue Beschreibung der Schönheit eines Helden, als welche wenig seine meriten zu erheben, und eine Sache, welche Leuten von Verstand verdrießlich und frembd. Die Qualitäten des Gemüths und der Seelen sind es, welche ihn sollen beliebt machen; und weswegen man seine andern mit Stillschweigen, als des|<1: (**)5v/(**)6r> Helden vom ersten Rang übergehen soll. Sintemahl über den sich andere Acteurs von dem andern Rang sich finden, welche bloß die intrigue besser zu verknüpffen, dienen, und darum in keine Vergleichung mit denen von ersterer Sorte kommen, welchen man auch andere Qualitäten, und keine, welche sie denen ersteren gleich machen, geben muß. Die Thaten grosser Herren sind es allein, welche ihren Ăstim verursachen und afficiren, es helffen aber weder abgeschmackte expressiones, noch wiederholte Reden dazu. Daß sie extraordinaire Qua[l]itäten besitzen müssen, ist gewiß, aber daraus folgt nicht, daß sie selbige alle in gleichen Grad besitzen dürffen. Es ist auch nicht möglich, daß sie nicht einige Unvollkommenheiten an sich haben solten, zumahl sie auch Menschen seyn: welche aber doch den Stand, den man ihnen beyleget, nicht verändern oder verdunckeln müssen. Stellet man sie aber als tapffer, freygebig und großmüthig vor, so muß man ihnen im geringsten nichts gemeines oder einige lachete begehen lassen, zumahlen solche actiones ihrem Characteur zuwider, und die Unwahrheit der vornehmsten Tugenden eines Helden an Tag legen. Daß Salustius, der sonst sehr glücklich in Beschreibungen der Menschen den Catilinam etlicher massen, als einen Geitzigen vorstellet, daraus ist keine Folge zu nehmen, dieser Ehrgeitzige, saget er, Ver-<1: (**)6r/v>schwender seines eigenen Guths, suchte mit Begierde sich anderer Leute ihrer zu bemächtigen. Zumahl diese Neigungen, welche einander zu wider scheinen, aus einer Quelle hervor quellen. Es waren diese Wirckungen der unordentlichen Begierde des CatilinŠ, und des Verlangens, welches er hatte, sich durch Vermittelung seiner Craturen auf den Ruin der Römischen Republiq zu erheben. Ein solches Dessein konte er nicht, als durch grosse Geld-Summen ausführen, und dieses verband ihn alle Kräfte anzuspannen, um solches von allen Orten zusammen zu bringen.

Tout Historien doit être extrémement desinteressé; ce n’est point à lui à louër, ni à blâmer les personnes dont il parle; il doit se conten|<62>ter d’ecposer les faits, laissant und liberé entiere au Lecteur, d’en juger comme il lui plaira; sans quìl prenne le soin de disonlper ses Heros, ou de faire leur apologie, Il n’est pas le juge du merite de ses Heros; son emploi est de les representer tels qu’ils sont, & de faire la peinture de leurs sentiments, de leurs mœurs, de leur conduire: il sort en quelque façon de son cractere, & de ce parfait desinteressement, quand il ajoûte auc noms des personnes qu’il introduir, des épithetes pour les blâmer, ou pour les louer. Il est peu d’Histoiriens, qui suivent éxactement cette regle, & qui conservent cette indifference, dont ils ne peuvent s’éloigner, sans se rendre suspects de parrialité.

Every Historian ought to be extreamly uninterested; he ought neither to Praise nor Blame those he speaks of; he ought to be contented with Exposing the Actions, leaving an entire Liberty to the Reader to judge as he pleases, without taking any Care not to blame his Heroes, or make their Apology; he is no Judge of the Merit of his Heroes, his Business is to represent them in the same Form as they are, and describe their Sentiments, Manners and Conduct; it deviates in some manner from his Character, and that perfect uninterestedness, when he adds to the Names of those he introduces Epithets either to Blame or Praise them; there are but few Historians who exactly follow this Rule, and who maintain this Difference, from|<1: [ixx]> which they cannot deviate without rendring themselves guilty of Partiality.

Un Historien doit être fort desinterssé, & par consequent ne doit jamais louer ni blâmer ceux dont il parle, Il faut qu’il se cintente d’exposer leurs actions, & qu’trouver il laiße au Lecteur la Liberté d’en juger à son gré, sans trouver à rédire, à la conduite de ses Heros, & sans les déffendre. Ce n’est pas à lui, à juger de leur merite, il suffit de les representer tels qu’ils sont, & de marquer leurs Sentiments, leurs mœurs, & leur conduite. Il sort de son Caractere, & d’une imparialité exacte, lorsqu’il ajoûte des Epithetes de blâme ou de loüange aux Noms de ceux qu’il introduit sur le Sςene. Cependant on trouve peu d’Historiens qui suivent exactement cette Regle, & qui se tiennent dans les bornes|<A10r/v> de cette indifference, dont ils ne sauroient nιanmoins s’éloigner sans se rendre coupables de partialité.

Ferner erfordert die Qualität eines Geschicht-Schreibers, daß er ohn interessirt sey, und niemahls entweder lobe oder schelte diejenige, wovon er redet. Er muß zu frieden seyn ihre Handlungen zu erzehlen, und dem Leser die Freyheit zu lassen, nach seinem Willen davon zu urtheilen, ohne daß er etwas suche, so an der Conduite seiner Helden zu tadeln, und ohne daß er sie vertheydige. Ihm stehet es nicht zu, zu urtheilen von ihren meriten; es ist genug, daß er sie vorstelle, wie sie sind, und nur ihre Gedancken, Meynungen, Sitten und Conduite anmercke. Thut er das Gegentheil, so weicht er aus den Schrancken einer Unpartheilichkeit, zumahl, wann er zu denen Nahmen derjenigen, so er aufführet, Bey-Wörter, so ihnen zum Ruhm oder Schande|<(**)6v/(**)7r> gereichen, beygefüget. Unterdessen aber findet man wenige Historien-Schreiber, welche diese Regel accurat folgen, und sich indifferent aufführen, da sie es doch um so vielmehr thun sollten, als sie sich im Gegentheil dem Laster der Partheylichkeit dadurch unterwerffen.

Quoi qu’il faille beaucoup de génie pour bien écrire und Histoire; il ne faut pas cependant que l’Hisotien se serve toûjours de tout son esprit, ni qu’il s’épuise en reflexion délicates & spirituelles; s’est une faute que l’on reproche, avec quelque justice, à Cornelle Tacite, qui ne se contente pas de racon|<63>ter les faits; il employe les reflexions de la politique la plus raffinée, pour trouver les raisons secrettes, & les causes cachées des évenemens: il y a cependant une difference à faire entre le rôle de l’Historien, ou du Héros; car si c’est le Héros qui parle, il doit s’exprimer plus naivement sans y affecter aucun raffinement, des pointes, des touts recherchez, parce qu’il parle sans preparation; mais quand l’Auteur parle de son chef, il peut se servir d’un langage plus étudié, & choisier ses termes, pour mieux exprimer les choses qu’il veut faire sentir. Les reflexions morales, les maximes, les sentences, sont plus propres instuire, que das les Nouvelles Historiques, dont le but principal est de plaire; ou si l’on y trouve quelques instructions, c’est plûtôt par les peintures qu’elles font, que par les preceptes qu’elles donnent.

Although there ought to be a great Genius required to Write a History perfectly, it is nevertheless not requisite that a Historian shou’d always make use of all his Wit, nor that he shou’d strain himself in Nice and Lively Reflexions; ’tis a Fault which is reproach’d with some Justice to Cornelius Tacitus, who is not contented to recount the Feats, but employs the most refin’d Reflexions of Policy to find out the secret Reasons and hidden Causes of Accidents; there is nevertheless a Distinction to be made between the Character of the Historian and the Heroe; for if it be the Heroe|<1: [xx]> that speaks, then he ought to express himself Ingeniously, without affecting any Nicety of Points or Syllogisms, because he speaks without any Preparation; but when the Author speaks of his Chief, he may use a more Nice Language, and chuse his Terms for the better expressing his Designs; Moral Reflexions, Maxims and Sentences, are more proper in Discourses for Instructions than in Historical Novels, whose chief End is to please; and if we find in them some Instructions, it proceeds rather from their Descriptions than their Precepts.

Quoi qu’il faut beaucoup de genië pour être bon Historien, il n’est pas toûjours necessaire, de faire paroître tout son esprit, nu de s’efforcer à faire des Reflexions Vives & delicates. Au contraire c’est un defaut, que l’on reproche, avec Justice, à Tacite, lequel non content de rapporter les actions, se sert des Reflexions les plus rafinées de la Politique pour pénétrer & découvrir les raisons secrettes, & les causes cachées des évenements. Il faut cependant faire de la distinction entre le Caractere de l’Historien & celui du Heros. Car lors que le Heros parle, il doit s’exprimer ingenuëment, & sans affectation, par ce qu’il le|<A10v/A11r> fait sans s’y être prepare: Au lieu que l’Auteur, en parlant de son chef, peut orner davantage son stile, & se servir de termes choisis pour se mieux faire entendre. Les Reflexions morales, les maximes, & les Sentences, sont plus propres dans les discours que l’on fait pour instruire, que dans les Nouvelles Historiques, dont le principal but est de plaire: Et lors qu’il s’y trouve des choses instructives; ce doit plûtôt être dans les descriptions que dans les preceptes.

Um aber weiter zu gehen: So ist nicht nothwendig, daß ein Historienschreiber, ob er gleich um diesen Namen mit Recht zu führen, und ein guter Historicus zu seyn, ein gutes naturell und judicium haben muß, allezeit seinen Verstand gäntzlich blicken lasse, noch sich bemühe, lebhafte und angenehme Reflexions oder Betrachtungen zu machen. In Gegentheil; es ist ein Fehler we[nn] er es thut, welchen man mit Recht dem Tacito vorwirft. Welcher, da er nicht zu freiden gewesen die Handlungen bloß zu erzehlen, sich der aller subtilsten raisonnements und Betrachtungen der Politic bedienet, um die geheimen und verborgenen Ursachen der Begebenheiten zu entdecken und zu ergründen. Daß man zwischen den Characteur eines Helden, und eines Historien-Schreibers, einen Unterscheid machen müsse, ist niemand in Abrede. Wann eine grössere Persohn redet, so muß sich selbige frey und ohne Affectirung erklären, weil sie es thut, ohne sich darauf prŠparirt zu haben. Da Hingegentheils der Autor, wann er von seiner haupt Persohn oder Sache redet, sich einer viel zier-|<(**)7r/v> lichern Schreib-Art, um sich desto verständlicher zu machen, bedienen kan. Reflexiones der Moral-Maximen und anderer Sentencen schicken sich viel besser in Discursen, welche man zu unterweisen machet, als in Historischen Neuigkeiten, deren Haupt-Zweck mir zu gefallen ist. Finden sich ja Sachen, so zur Lehre dienen, so muß man solche viel eher in denen Beschreibungen miteinbringen, als Lehr-Sätze daraus machen. Letztlichen so gebühret einem Historienschreiber, daß er nicht einerley Methode bey dem Ende und Anfang seiner Geschichte folge. Anfangs mag er wohl etliche Lehr-Sätze, ob er gleich nur wenig von der Geschicht erwehnet, anführen: aber gleichwie sich die Curiosite des Lesers, wann es zum Ende gehet, sehr vermehret, und selbiger, eine heimliche Ungedult, die Auswickelung der Handlung zu sehen, heget; als ist ein Historicus, der sich in langer Moralisirung und Beschreibung aufhält, dem ungedultigen Leser, der das Ende der Intrigue zu vernehmen wünschet, nur verdrießlich.

Einen Unterscheid auch in der Schreib-Art zu machen, und den Stylum in dem Haupt-Werck und denen Conversationen zu verändern, lieget einem Historico nicht weniger ob, letztere müssen mit einer leichten angenehmen Manier beschrieben seyn: zumahl ausgesuchte expressiones, welche sehr ele-|<1. (**)7v/8r>gant sind zu der Redens-Art, in Conversationen nicht gehören, als welcher grosse Zierde in der Simplicite und einen freyen und aufrichtigen Wesen bestehet, welches besser als eine grosse accuratesse zu schätzen.

In denen alten Autoribus finden sich Exempel von conversationen genug, welche der Vernunfft zu wieder scheinen. natürlich ist es nicht, das ein Mensch sich selbst mit reden unterhalte, da wir andern unsere Gedancken mitzutheilen bemühet. Über dem ist es ja sehr schwehr zu begreiffen, wie ein Autor, der dergleichen Conversationen von Wort zu Wort erzehlet, davon so kan unterrichtet seyn, daß er sie mit solcher accuratesse wiederholen könne. Lächerlicher sind selbige, wann sie ein solches Sujet betreffen, welches sich gar nicht zu der Historie, von welcher die Rede ist, schicket. Sind solche Conversationen lang, so fehlet es nicht, daß sie nicht verdrießlich werden. Zumahl sie die Personen gleichsam von denen Begebenheiten, darin wir uns, so zu reden, interessiret, entfernen, und die Folge der Historie unterbrechen.

Un Histoiren hablie ne doit pas servir de la même méthode, à la fin, qu’au commencement de son Histoire; il peut d’abord éraler des maximes, ne rapportant que peu de|<64>faits; mais quand il approche de la fin, la curiosité du Lecteur augment, & il sent une secrette impatience de voir le denouëment des actions. Un Historien, qui s’amuse alors à moraliser ou à faire des peintures, rebute un Lecteur impatient, qui s’empresse pour voir la fin des intrigues. Il faut aussi qu’il se serve d’un different stile, das le corps de l’Ouvrage, que das les converstions, qui doivent être écrites d’une maniere facile, & naturelle, Les belles expressions, les tours élegans, ne conviennet guéres au stile des conversations, dont le principal ornements, consiste dans la naïveté, la simplicité, l’air naturel & sincere est préferable à une grande éxactitude, On voit das les anciens Auteurs, des éxemples assez frequens d’une espece de conversation, qui semble choquer le bon sens; car il n’est pas naturel, qu’un homme s’entretienne avec soi-même; on ne parle que l’on pense. Outre qu’il est assez difficile à comprendre comment un Auteur qui rapporte, mot pour mot, de pareilles conversations, |<65>à pû en être instruit pout les répéter avec tant d’exactitude. Ces sortes de conversations sont encore bien plus imertinantes quand elles roulent sur des sujets étrangers, & qui ne sont pas indispensablement liez à l’Histoire que l’on traite. Si ses conversations sont longues, elles ennuient indispensablement, parce qu’elles sont perdre de vûë, des personnes pour qui l’on s’interesse, & qu’elles interrompent la suite de la narration.

An Acute Historian ought to observe the same Method at the Ending as at the Beginning of his Story, for he may at first expose|<1: [xxi]> Maxims relating but a few Feats, but when the End draws nigher, the Curiosity of the Reader is augmented, and he finds in him a Secret Impatience of desiring to see the Discovery of the Actions; an Historian that amuses himself by Moralizing or Describing, discourages an Impatient Reader, who is in haste to see the End of Intrigues; he ought also to use a quite different Sort of Stile in the main Part of the Work, than in Conversations, which ought to be writ after an easie and free Manner: Fine Expressions and Elegant Turns agree little to the Stile of Conversation, whose Principal Ornament consists in the Plainness, Simplicity, Free and Sincere Air, which is much to be preferr’d before a great Exactness:|<1: [xii]> We see frequent Examples in Ancient Authors of a Sort of Conversation which seems to clash with Reason; for ’tis not Natural for a Man to entertain himself, for we only speak that we may communicate our Thoughts to others; besides, ’tis hard to comprehend how an Author that relates Word for Word, the like Conversation cou’d be instructed to repeat them with so much Exactness; these Sort of Conversations are much more Impertinent when they run upon strange Subjects, which are not indispensibly allied to the Story handled: If the Conversations are long they indispensibly tire, because they drive from our Sight those People to whom we are engaged, and interrupt the Sequel of the Story.|<1: [xiii]>

Un habille Historien ne doit pas suivre la même methode, à la fin, & au commencement de son Histoire; Il peut d’abord exposer quelque maximes, en ne rapportant que peu de faits: Mais comme lors qu’on approche de la conclusion, la curiosité du Lecteur s’augmente, & qu’il à une impa-|<A11r/v>tience secrete, de voir le denouëment de l’action; un Historien qui s’amuse à moraliser & à faire descriptions, ennuie le Lecteur impatient, qui souhaite de voir la fin de l’Intrigue. Il doit aussi se servir d’un stile different das le corps de l’ouvrage, & dans les conversations, qui doivent s’écrire d’une maniere aisée: Les expressions recherchées & d’un tour élegant ne ont pas du stile de la conversation, dont le principal ornement consiste dans la simplicité, & dans un air libre & sincere, qui vaut mieux qu’une grande exactitude, Nous voyons plusieurs exemples, dans les Auteurs anciens, d’une sorte de conversation, qui semble repugner à la raison. Il n’est assurément pas naturel qu’un homme s’entretienne soi-même. Nous ne passons que pour communiquer|<A11v/A12r> nos pensées aux autres. Outre cela il est assez difficile de comprendre comment un Auteur, qui rapporte mot à mot ces sortes de conversations là, en peut-être instruit, pour les repeter avec tant d’exactitude. Elles sont encore plus ridicules lorsqu’elles roulent sur des Sujets, qui ne se rapportent pas directement à l’Histoire dont il est question. Lors que ces Conversations sont longues, elles ne sauroient manquer d’ennuier, parce qu’elles éloignent de nos yeux les personnes, aux avantures desquelles nous nous interressons, & qu’elles interrompent le fil de l’Histoire.

C’est une necessité indispensabel de finir une Histoire, pour terniner les inquiétuedes du Lecteur, qui s’est interessé à la forute des personnes, dont on lui a décrit les avantures: on le prive d’un fair pas voir la fon d’une intrigue, qui lui a causé de l’émotion; & dont il attend le dénouëment; soir qu’il soit heureux ou malheureux. Le but principal de l’Histoire est d’instuire, & d’inspirer aux hommes l’amour de la verru, ou l’horreur du vice, par les exemples qu’on leur propose. Ainsi la conclusion de l’Histoire doit toûjours renfermer quel|<66>que trait de morale, qui affectionne à la vertu. Les personnes qui ont une vertu plus heureuses; mais leurs malheurs donnent de la pitié aux Lecteurs, & les attendissent. Quoi que le vice ne soit pas toûjours puni, cependant on le dépeint avec des couleurs, qui sont assez connoître, qu’il n’est digne que de châtimens.

’Tis an indispensible Necessity to end a Story to satisfie the Disquiets of the Reader, who is engag’d to the Fortunes of those People whose Adventures are described to him; ’tis depriving him of a most delicate Pleasure, when he is hindred from seeing the Event of an Intrigue which has caused some Emotion in him, whose Discovery he expects, be it either Happy or Unhappy; the chief End of History is to instruct and inspire into Men the Love of Virtue, and Abhorrence of Vice, by the Examples propos’d to them; therefore the Conclusions of a Story ought to have some Tract of Morality which may engage Virtue; those People who have a more refin’d Vertue are not always the most Happy; but yet their Misfortunes excite their Reader’s|<1: [xxiv]> Pity, and affects them; although Vice be not always punish’d, yet ’tis describ’d with Reasons which shew its Deformity, and makes it enough known to be worthy of nothing but Chastisements.

Il est absolument necessaire de finir une Histoire, pour satisfire la curiosité & l’impatience du Lecteur, qui prend part à la fortune de ceux dont on decrit les|<A12r/v> avantures. On le prive d’un plaisir sensible, en éloignant l’évenement d’une intrigue, qui lui a donné de l’émotion, & dont il attend le denouëment, tel qu’il puisse être: Et comme le principal but de l’Histoire est d’inspirer l’amour de la Vertu, & l’horreur du Vice, par les exemples qu’on propose; la conclusion d’un Histoire, doit être accompagnée de quelque trait de Morale, qui nous porte à la Vertu.

Ceux qui ont une Vertu superieure, ne sont pas toûjours les plus heureux; mais leurs malheurs excitent la pitié du Lecteur & le touchent. Et quoique le Vice ne soit pas toûjour puni, on le represente d’une maniere, qui en marque la défformite, & qui fait connoître qu’il merite d’être châtié.

Daß man eine Geschichte endlich enden müsse, um der Curiosite, und Ungedult des Lesers ein Genügen zu thun, ist schlechter Dings nothwendig. Selbiger nimmt Theil an dem Glück derjenigen deren Avanturen man beschreibet. Ja, er wird einer empfind-|<1: (**)8r/v>lichen Lust beraubet, wann man den Ausgang einer intrigue, welche ihm in seiner Seelen in Bewegung gesetzet hat, und deren Ende sie, es mag seyn wie es will, erwartet, so lange verschiebet.

Endlich, da der fürnehmste Zweck der Historie darin bestehet, daß man suchet, durch die angeführte Exempel eine Liebe zur Tugend, und einen Abscheu vor denen Lastern, zu erwecken; so muß der Beschluß einer Geschichte mit Regeln der Morale, welche uns zur Tugend leiten, vergesellschafftet seyn.

Diejenige, so am tugendhafftesten, sind zwar nicht allezeit die Glückseligsten, aber ihr Unglück reitzet um so viel mehr den Leser zum Mitleiden, und beweget denselben. Und obgleich die Laster nicht allezeit gestrafft werden, so stellet man sie doch mit einer solchen Manier, welche den Abscheu derselben zeiget, vor, und gnugsam zu verstehen giebet, daß sie bestraffet zu werden verdienet.

Voilà, Madame, quelques reflexions qui pourront vous donner und idée générale de la méthode, que l’on doit observer en écrivant l’Histoire; ce n’est pas un Traité complet sur cette matiere; ce sont seulement quelques notion, qui pourront vous aider à faire le discernement des vons Auteurs d’avec les mediocres, qui n’obiervent ni regles, ni bienséances, qui confondent les caracteres, & qui les soûtiennent mal, pendant tout le cours de leur Histoire. Les Historiens modernes ne se mettent guéres en peine de toutes ces maximes; soit qu’ils ne les connoissent pas, ou qu’ils manquent de génie; aussi tout|<67>ce qu’ils écrivent, paroit si languissant & si ennuyeux, qu’il est impossible de resister au dégoût que cause la leoture de leurs Ouvrages. Il ne faut point qu’ils si discilpent sur la sécheresse de nôtre Histoire, qui est très belle de son fonds, & remplie de grand évenemens. Si nous avions un corps d’Histoire, écrit du même goût & du même stile, que les Memoires de Monsieur de la Rochefoucault sont écrits; nous y trouverions le même agrément & le même plaisir, que nous sentons en lisant. Tite-Live, Saluste, ou Corneille Tacite.

Vous voulez, Madame, que je vous dise si la lecture des romans doit être permise à une femme de la Cour, qui a passé ving-cinq ans: mon suffrage n’est pas d’un grand poids, Madame; un homme qui n’a nul caractere, ni nulle autorité dans le monde, & qui n’est point Docteur, ne doit pas se mêler de décider; ainsi je vous proposerai mon sentiment, bien moins comme une décision, que comme un simple éclaircissement pour répondre à vôtre doute. Il me semble que les per|<68>sonnes raisonnables ne doivent pas trouver un grand goût à lire des Fables faites à plaisir, & qui ne sont fondées, que dans l’imagination de l’Auteur, quoi qu’il raconte ces faits fabuleux, comme si c’étoient de véritable Histoires. La vérité est, à proprement parler, la nourriture de l’entendement; est il dangereux de s’accoûtmer à aimer la fausseté, & on s’y accoûtume par la lecture des Romans. Car quoi que les Heros des Romans ne soient pas toûjours fabuleux; quoi qu’une partie des actions qu’on leur attribuë, soient des Histoires véritables, cependant elles sont accompagnées de tant de circonstances fabuleuses, qu’on ne peut plus distinguer la vérié, de la fiction. Mais ce qui rend la lecture des Romans plus perniciese, c’est que l’amour regne toûjours dans ces sortes de livres, qui donnenet de dangereuses leçons à la jeunesse: L’amour est une passion que nous sommes obligez de combattre, & qu’il ne faut nullement flatter; les hommes ne sont déjà que trop foibles, pourquoi augmenter encore leur foiblesse, en la flattant par des|<69>exemples? Les Faiseurs de Romans excusent tout en faveur de l’amour, les passions les plus folles & les plus extravagantes sont privilegiées; les actions les plus injustes sont excusées, pourvû que l’amour les autorise. Les expressions tendres & passionnées, dont les Roman sont remplis, font des mauvaises impressions sur le cœur des jeunes personnes, qui se flattent de pouvoir inspirer des passions aussi violentes, que celles qu’on leur dépeint, & de meriter de pareils hommages, & de pareils sacrifice. Ce que je plains davantage est le temps que l’on perd à lire ces sortes de livres, qu’on lit avec tnat d’attachement, & qu’on ne peut quitter, quoi qu’ils ne contiennent qu’un tissu de contres inutile, & qu’on n’y trouve que des personnages purement imaginaires. Si les romans ont été recherchez & lûs avec tant d’empressement, on ne doit pas conclure pour cela, que ce soient de bons livres; il faut bien plûtôt conclure, que le nombre des sots, des gens oisifs & deloccupez est plus grand, que celui des sages & des personnes raisonna|<70>bles. S’il y a un endroit par ou les Romans puissent meriter quelque estime, c’est que les sentiments y sont touchez avec assez de delicatesse; ce sont des tableaux qui exposent aux yeux ce qu’il y a de plus caché & de plus mysterieux, dans les pensées & dans le cœur des hommes. On trouve quelquefois dans ces sortes de livres, de tres beaux sentimens de morale, & des maximes d’une haute vertu, soûtenuës par des éxemples, qui ne manquent jamais de faire quelque impression sur l’esprit des Lecteurs. Enfin comme l’esprit humain ne peut pas toûjours être attaché à des occupations serieuses, je crois quel’on peut, en quelque maniere, permettre aux honnêtes gens, la lecture de ces Fables, pour se délasser, pourvû qu’ils ne les lisent, que par amusement, & non pas avec une avidité qui leur fasse negliger tout le reste. A le bien prendre, on pourroit retirer la même utilité de la lecture des Romans, que de la Tragedie; quoi que les personnages, & les évenemens soient purement de l’invention de l’Auteur, nous ne sommes pas tant excitez à |<71> la vertu par l’autorité des personnes, qui l’ont pratiquée, que par l’attrait de la vertu mêmes. Les Heros ne sont representez das les Romans, que par leurs défauts; on releve l’éclat de leurs vertus, par les circonstances qu’on y ajoûte, par ce que l’Auteur n’est pas gêné à ne dire précisément que la vérité, comme das l’Histoire. Ces Hommes extraordinaire, que l’on propose comme des modeles de vertu, doivent se sentir des foiblesses de l’humanité, comme les autres hommes; mais il faut que leur vertu soit toûjours plus forte que la passion. Si l’amour & l’ambition sont les principes de toutes les grandes actions des Heros, que l’on introduit dans les Romans; c’est qu’en introduit dans les Romans; c’est qu’en effet ces, deux passions sont les grands ressorts, de la plûpart des évenemens de la vie humaine; ce sont des passions nobles, qui existent de grans sentimens dans les hommes, & qui les animent à faire des actions heroiques. L’amour des Heros de Romans est éxemt de toute grossiereté, & ne les porte jamais à rien faire|<72>contre leur devoir, si quelqu’un s’oublie, on le dépeit avec des couleurs capables de lui attirer le mepris de tout le monde: enfin pour donner plus d’honneur du vice, on ne le laisse jamais impuni. Sur ce principe la lecture des Romans n’est peut-être pas aussi dangereuse que mille gens se l’imaginent: mais il faut les lire avec quelques précaution, & comme une espece d’amusement, sans que cette lecture puisse préjudicier à nos occupations essentielles. Voilà, Madame, à peu près, ce que je pense de la lecture des Romans; mais pour permettre ou pour défendre ces sortes de livres, il faudroit connoître en particulier le temperamment de chaque personne; il faut raisonner en cela, comme de la Comedie & des autres Spectacle: bien des gens les voïent innocemment, & sans que leur vertu en soit biessée; mais cette regle n’est pas générale; car il est certain qu’ils sont de très mauvaises impressions sur le cœur de bien d’autres, qui en sortent l’imagination gâtée, & toute occupée de ce qu’ils ont vû & senti. Pour vous, Ma|<73>dame, qui êtes naturellement sérieuse; & reservée; qui vous appliquez à tous vos devoits, qui entrez das le détail de toutes vos affaires, qui ne vous écartez jamais des regles d’une éxactité bienséance; je crois que pour vous amuser, & pour vous délasser l’esprit de la gêne que donne une vie toûjours appliquée, vous pouvez lire quelquefois des Romans sérieux, quand ils ne blessent point les bienséances, & les bonnes mœurs, tels que sont ceux que l’on a attribuez à Monsieur de al Rochefoucault, & à Madame de la Fayette: & assister de temps en temps aux Spectacles, quand les pieces que l’on y represente, sont vien épurées, & telles que sont la plûpart de celles que le celebre Monsieur de Corneille a données au Public.

C’est une connoissance digne devotre curiosité, Madame, que de vouloir apprendre en quel temps les Monachies ont commencé, & depuis quand les hommes ont vien voulu se donner des Maîtres. Depuis Adam jusqu’au déluge, s’est-à-dire, pendant l’espace de plus de seize cens ans, les hommes vécurent dans und parfai|<74>te liberté, & une parfaite indépendance. Chaque famille étroit comme un petit Etat, dont le Pére étroit le Chef, qui ne connoissoit point d’autre Superieur. Comme ces premiers Hommes encore tout brutes, & tout grossiers, vivoient sans ambition, leurs desirs étoient bornez par les limites de leurs heritages; ils n’avoient pour toutes richesses, que quelques troupeaux, qui servoient à les nourrir, & à les vétir. C’est une erreur de croire que ces premiers Hommes vécussent dans une grande innocence: ils étoient si méchans, & so corrompus; ils commettoient des crimes si noirs & si abominabels, que Dieu fut obligé de les exterminer dans un déluge universel. Depuis ce temps-là les trois enfans de Noé; que Dieu avoit conservez avec leurs femmes, pour repeupler le monde, partagerent entr’aux la Terre, & furent les Chefs des differens Peuples, qui se répandirent dans tout l’Univers. Ce fut environ ce temps-là, que les hommes perdirent leur liverté. Nemrod, homme remuant, & l’ennemi du repos, ne se vontentant pas de son patrimoine, voulut usurper les |<75>Terres des ses voisins, & après avoir envahi leurs heritages, il les soûmit à sa domination, & se fit une espece d’Empire à Babylone. Ce n’est donc point par leur choix, que les hommes se sont dommé des Maîtres; ils ont été mis sous le joug, par la force, & par la violence des premiers Conquerans. Le mauvais exemple de Nemrod encouragea encore quelques autres, qui se firent Rois aux dépens de la liberté publique. Les Armes que les hommes avoient d’abord inventées, pour se défendre contre les bêtes farouches, furent tournées contre les hommes mêmes, & servirent à les assujettir. Ninus, fils de Belfonda le prmier. Empire des Assyiriens, dont le Siège fur établi à Ninive, Ville ancienne, & déjà celebre. Fquelques Auteurs ont crû que l’Empire des premiers Assyriens a duré pendant treize cens ans. Ce fameux Empire tomba par la mollesse de Sardanpale, qui se plongea dans toutes sortes de débauches, & de voluptez. Les Medes se revoltent les premiers contre ce Roi esseminé; tous les autres Peuples, seslujets, le mepriserent à leur éxemple, & reduisirent Sardanapaie|<76> te liberté & une parfaite indépendance. Chaque famille étoit comme un petit Etat dont le Pére étoit le Chef, qui ne connoissoit point d’autre Superieur. Comme ces premiers Hommes encore tout brutes, & tout grossiers vivoient sans ambition, leurs désirs étoient bornez par les limites de leurs heritages; ils n’avoient pour toute richesse, que quelques troupeaux, qui servoient à les nourrir & à les vétir. C’est une erreur de croire que ces premiers Hommes vécussent dans une grande innocence: ils étoient si méchans! & si corrompus; ils commettoient des crimes si noirs & si abominables, que Dieu fut obligé des les exterminer dans un déluge universel. Depuis ce temps-là les trois enfans de Noé, que Dieu avoit conservez avec leurs femmes pour repeupler le monde, partagerent entr’eux la Terre, & furent les chefs des differens Peuples, qui se répandirent dans tout l’Univers. Ce fut environ ce temps-là, que les hommes perdirent leur liberté. Nemrod, homme remuant, & l’ennemi du repos, ne se contentant pas de son patrimoine, voulut usurper les Terres de ses voisins, & aprés avoir envahi leurs heritages, il les soûmit à sa domination, & se fit une espece d’Empire de Babylone. Ce n’est donc point par leur choix, que les hommes se sont donné des Maîtres; ils ont été mis sous le joug, par la force, & par la violence des premiers Conquérans. Le mauvais éxemple de Nemrod encouragea encore quelques autres, qui le firent Rois aux dépens de la liberté publique. Les Armes que les hommes avoient d’abord inventées pour se défendre contre les bêtes farouches, furent tournées contre les hommes mêmes, & servirent à les assujettir. Ninus, fils de Bel fonda le premier Empire des Assyriens, dont le siège fut établi à Ninive, Ville ancienne, & déja célébre. Quelques Auteurs ont cru que l’Empire des premiers Assyriens a duré pendant treize cens ans. Ce fameux Empire tomba par la molesse de Sardanapale, qui se plongea dans toutes sortes de débauches, & de voluptez. Les Medes se revolterent les premiers contre ce Roi effeminé, tous les autres Peuples, ses sujets, le mepriserent à leur éxemple, & reduisirent Sardanapale à de si grandes extremitez, qu’il fut contraint de se brûler lui-même avec ses femmes, complices de ses débauches. Trois Royaumes se formerent des débris de ce grand Empire; le Royaume des Medes fut trés florissant. peu de temps aprés la mort de Sardanapale, le second Empire Assyrien commenša, dont Ninive fut la Capitale. Le Royaume de Babylone est trés célébre dans l’Histoire Sainte, parce que Dieu se servit souvent des armes de ces Rois idolâtres pour châtier l’idolatrie, & les autres crimes de son Peuple. Achaz, Roi de Juda, pressé par les ennemis, implora le secours du premier Roi d’Assyrie, ou de Ninive, & apprit, par ce moyen, aux Assyriens, le chemin de la Judée, qu’ils ravagerent plusieurs fois, & dont ils firent enfin la conquête: ils pillerent le fameux Temple de Salomon, où ils trouverent des richesses immenses, & un amas prodigieux de vases d’or & d’argent, destinez aux sacrez Mysteres, ils emmenerent à Ninive & à Babylone les Juifs captifs; Salmanazar renversa de fond en comble le Royaume d’IsraŰl. Romulus & Remus, sortis des Rois d’Albe, fonderent la ville de Rome, Capitale de l’Empire Romain environ 753 ans avant JESUS CHRIST. Cyrus General de l’Armée de Cyaxare, que le Prophete Daniel appelle Darius le Mede; Cyrus, dis-je, fils de Madane, & de Cambyse, Roi de Perse, aprés plusieurs grande victoires, réünit le Royaume des Perses à celui des Medes, devint le maître de tout l’Orient, & fonda le plus fameux Empire qui eut été jusqu’alors dans le monde. Quoique les Medes fussent déja puissans, avant que Cyrus eut réüni les deux Monarchies; cependant leur puissance n’égaloit pas, à beaucoup prés, celle des Rois de Babylone, que Cyrus vainquit par les forces réünies des Medes et des Perses. Ce grand Prince ne se vit pas plûtôt Maître de ce vaste Empire, qu’ils permit aux Juifs captifs depuis plusieurs siècles, de retourner en Judée, sous la conduite de Zorobabel, & de rebâtir le Temple de Jerusalem. La famille de Cyrus s’éteignit au bout de quelques temps: Darius fils d’Hystaspe, que quelques-uns croyent avoir été l’Assucrus, dont il est parlé au le livre d’Esther, fut élevé à l’Empire. Ce fut pendant le regne de Darius, que Rome & Athenes devinrent des Republiques, aprés avoir chassé leurs Tyrans. La mort de Lucrece, qui avoit été violée par Sextus fils de Tarquin le Superbe, anima les Romains à la vengeance, & leur inspira le dessein de se mettre en liberté; les Rois furent bannis pour toûjours; & Rome, devenuŰ libre, fut gouvernée par les Consuls. Peu s’en falut qu’Athenes ne fût accablée par la puissance des Perses, dés le commencement de sa liberté; Darius envoya une Armée formidable contre la Grece; mais cette armée fut détruite dans la plaine de Marathon par Miltiade, qui ne commandoit que dix mille hommes. Xercés, fils de Darius, fit de nouveaux efforts pour vanger l’affront que les Perses avoient rešû par une si grande défaite: mais il n’eut pas un meilleur succés que son pere; son Armée composée d’onze cens mille hommes, fût arrêtée au passage des Thermopyles par trois cens Lacedemoniens, que Leonidas, Roi de Sparte, conduisoit. L’Armée navale de Xercés fut battuŰ auprés de Salamine; Xercés lui-même fut tué la même année par Artaban, son Capitaine des Gardes. Cependant les Macédoniens, destinez à renverser l’Empire des Perses, commenšoient à se signaler sous Philippe, pere d’Alexandre le Grand: & après vingt ans de victoires, il se rendit enfin maître de toute la Grece, par la bataille de Chéronée, qu’il gagna sur les Atheniens, & leurs Alliez. Alexandre qui n’avoit alors que dix-huit ans, fit des prodiges de valeur pendant la bataille. Aprés tant de succés, Philippe forma le dessein d’abattre la puissance des Perses, & se fit nommer Capitaine General des Troupes de la Grece; mais il fut assassiné au milieu du festin Paulanias. Alexandre, qui n’avoit pas moins de courage, ni d’ambition que son pere, se mit à la tête des ses Macedoniens, & des autres Grecs, qui s’attacherent à la fortune; il attaqua Darius Roi de Perse, qu’il vainquit en trois batailles rangées; & aprés avoir porté ses armes victorieuses jusqu’aux Indes, il vint mourir à Baylone, à la fleur de son âge, & au milieu de ses triomphes.

Vous voyez, Madame, d’un coup d’oeil, comment les Monarchies ont succedé les unes aux autres; & quels ont été les Empires, qui se sont rendus les plus celebres, en commenšant peu de temps aprés le déluge: car pendant seize ans, les hommes avoient vécu sans rois. les Assyriens, les Medes, Les Perses, les Grecs, & les Roamins se sont rendus, tour à tour, redoutables par la grandeur de leur puissance, & par le nombre de leurs victoires. Depuis que l’ambition de certains hommes leur inspira le dessein de s’élever au dessus des autres, & de les assujettir, le peuple a toûjours été la victime des plus forts, qui se sont disputés l’Empire du monde, & qui ont cimenté leur autorité par le sang des malheureux.

Aprés la mort d’Alexandre, on ne trouva personne capable de lui succéder, & de réünir sous un même Chef une puissance si étenduŰ. Ce vaste Empire fut partagé en plusieurs Royaumes; ses plus fameux Capitaines partagerent sa dépouille, & massacrerent tous ses proches, son frere, sa mere, ses femmes, ses enfants, ses soeurs, pour se maintenir avec plus de sureté dans leur usurpation. Les Romains aprés avoir dompté toute l’Italie, songerent à étendre leurs conquêtes au dehors, & formerent le dessein d’abattre la puissance de Carthage, qui leur paroissoit formidable. Regulus la réduisit à de grandes extremitez, mais enfin il fut battu & pris par Xantippe Macédonien, qu’ils avoient appellé à leur secours, & fait General de leur Armée. Cependant Carthage fut obligée de ceder, & de payer tribu à la République Romaine. Hannibal, fils d’Hamilcar, mit tout en oeuvre pour réparer les pertes de sa patrie, & pour lui faire reprendre l’ascendant qu’elle avoit eu autrefois sur la Republique Romaine. Il n’avoit que 25 ans, lors qu’on lui donna le commandement des troupes Carthaginoises, aprés la mort d’Hasdrubal. il abandonna l’Espagne où il étoit Gouverneur, & vint fondre comme un torrent, sur l’Italie. Quatre grandes batailles qu’il gagna, ne purent abattre la puissance Romaine; mais ses Generaux, malgré tant de pertes, la soutinrent contre la puissance, le courage, l’adresse, & le bonheur d’Hannibal. Le jeune Scipion, à l’âge de 24 ans, pour diviser les troupes & les forces des Carthaginois, alla porter la guerre en Espagne où son pere & son oncle venoient de perir. En peu de temps, il chassa d’Espagne les Carthaginois; il les poursuivit jusque dans l’Afrique: de sorte que Carthage au desespoir est contrainte de rappeller d’Italie Hannibal comme la dernière ressource: il ne put sauver sa patrie: ce vieux guerrier fut vaineur par un jeune conquerant; il tâcha de soulever tout l’Orient contre les Romains; mais ils défirent tous ceux qui oserent se déclarer pour Hannibal, qui s’empoisonna de desespoir pour ne pas tomber vif entre les mains de ses ennemis, qui vouloient obliger Prusias Roi de Birhinie à le leur livrer. Depuis que Carthage eût été renversée, les Romains ne trouverent plus de puissance capable de leur resister. La plupart des Royaumes devinrent des Provinces Romaines. Paul Emile s’empara de celui de Macedoine, qui avoit duré sept cens ans. Attalus Roi de Pergame, fit, par son testament, le Peuple romain heritier des ses Etats. L’Empire s’agrandissoit, & fleurissoit au dehors, les divisions intestines le mirent souvent à deux doigts de sa perte: les Gracques, Tribuns du Peuple, qu’ils corrompoient par des largesses excessives, firent tous leurs efforts pour renverser la Republique, mais ce dessein les fit perir. Marius & Sylla, si fameux par leurs victoires, conšurent le même dessein, que les Gracques, & firent couler, pour contenter leur ambition, des ruisseaux de sang Romain. Sylla eut l’avantage sur Marius, & devint le tyran de sa patrie; mais enfin il renonša volontairement à la Dictature qu’il avoit usurpée par la force, & se remit dans l’ordre de simple Citoyen: mais son abdication volontaire ne fit pas cesser le mal. Sertorius, dans l’Espagne: Catilina, dans l’Italie, prirent les armes contre Rome dans le dessein de l’asservir. Sertorius fut battu par le grand Pompée; l’éloquence du Consul Ciceron, plutôt que son courage, ruina les forces & le parti de Catilina dans l’Italie. L’ambition ou la jalousie de Pompée & de Cesar, renouvella toutes les factions; le premier avoit assujetti l’Orient, l’autre avoit réüni les Gaules à l’Empire du monde dans la bataille de Pharsale; ce jour fut le dernier de la Republique Romaine, qui perdit sa liberté, & qui fut éteinte sans ressource. Tout l’Empire fut contraint de plier sous l’autorité de Cesar, que les Romains massacrerent dans le Senat même, pour s’affranchir de sa tyranie: mais la mort de ce grand Capitaine, bien loin de leur rendre la liberté, les plongea dans un labyrinthe de malheurs, dont ils ne purent jamais sortir. Marc-Antoine, Lepide, Cesar-Octavien, qui fut dans la suite surnommé Auguste, partagerent entre eux toute l’autorité, & remplirent Rome & l’Empire de sang pendant le triumvirat.

Auguste, aprés s’être défait de ses rivaux, demeura seul maître des affaires, & de la Republique: aprés plusieurs victoires signalées qu’il remporta par lui-même, ou par ses Generaux, il remit le calme dans l’Univers, ferma le Temple de Janus. Ce fut durant le regne de ce Prince pacifique, que JESUS CHRIST vint au monde, pour pacifier le Ciel avec la terre, environ 4000 ans depuis la création d’Adam, Auguste seul maître du monde adopta Tibere pour son successeur à l’Empire, qui devint hereditaire dans la maison des Cesars, & s’y maintint avec gloire pendant plus de cent cinquante ans, jusqu’à ce que la faiblesse des derniers Empereurs le laissa inonder par les Barbares. Les Gots, autrefois appellez les Getes, entrerent dans l’Europe, l’Orient se vit desolé par les Scythes Asiatiques & par les Perses. Ce qui fut le plus deplorable, c’est que trente Tyrans qu’on vit s’élever tout d’un coup dans l’Empire; le demenbrerent entierement, & firent par tout d’horibles ravages, les Germains, & les Francs n’en firent pas moins de leur côté pour tâcher d’entrer dans les Gaules. Le grand nombre de Barbares, qui attaquoient l’Empire Romain, fut cause que Deocletien associa Maximien pour collegue; ces deux Princes adopterent encore Constantius Chlorus, & Galerius. Diocletien rebuté de tant de fatigues & de mauvais succés, qu’il avoit eus, en persecutant les Chrétiens, dont le nombre redoubloit à mesure que l’on faisoit mourir davantage, se demit tout-à fait de l’Empire, soit qu’il le fist volontairement, ou qu’il y eût été forcé par Galerius son Gendre: Maximien suivit l’exemple de Diocletien, qui l’avoit adopté; mais il s’en repentit bien tôt aprés. Chacun de ces Empereurs, avant que de renoncer à l’Empire, créa un Cesar pour lui succeder, mais ce grand nombre d’Empereurs & de Cesars étoit fort à charge à l’Empire, & causoit de grandes divisions. Constantius Chlorus, pere du jeune Constantin, eut en partage l’Espagne, les Gaules, & la grande Bretagne. Son fils que Dieu avoit destiné pour faire cesser les persecutions, en embrassant le Christianisme, épousa Fausta, fille de Maximien, qui avoit quitté sa retraite pour reprendre le soin des affaires, il rešut humainement son beau-pere auprés de lui dans les Gaules, où il s’étoit retiré pour chercher un azyle aprés avoir été chassé de Rome par son propre fils. Le grand Constantin aprés avoir délivré l’Empire des Tyrans qui le déchiroient, embrassa publiquement le Christianisme; mais soit que le séjour de Rome lui fût desagreable, ou que le Senat lui fût suspect, il se retira à Byzance, qu’il fit rebâtir, & qu’il appela Constantinople. En mourant, il partagea l’Empire entre ses trois fils, Constantin, Constance, & Constant, qui se firent la guerre pour les limites de leurs partages. Ces guerres qui se perpetuerent sous leur successeurs, furent funestes au bonheur, & au repos de l’Empire, & donnerent occasion aux Barbares d’y entrer de tous côtez. Les Gots ravagerent l’Italie, les Vandales occuperent une partie de la Gaule, & de l’Espagne, laissant dans tous les lieux, où ils passoient, des marques sanglantes de leur barbarie. Alaric, Prince Adrien, prit & rangea Rome, il épousa Placidie, soeur de l’Empereur Honorius, dont l’humeur douce & complaisante adoucit extremement l’humeur féroce de son Epoux. Les Francs qui avoient été plusieurs fois repoussez, firent de nouveaux efforts pour s’ouvrir les chemins des Gaules, & y réüssirent sous la conduite de Pharamond, fils de Marcomir. Ce fut environ l’an 420 depuis la naissance de JESUS CHRIST, que la Monarchie Franšoise s’établit sur les débris de l’Empire Romain, qui étoit alors réduit à de grandes extremitez.

Vous pouvez, Madame, voir dans les Historiens Franšois l’établissement, les progrés, la grandeur de cette celebre Monarchie qui est la plus celebre & la plus ancienne de toutes celles qui sont au monde. Mais dans le dessein, où vous êtes, Madame, d’apprendre parfaitement l’Histoire, pour vous amuser, dites-vous, quand vous serez vieille, & que vous aurez moins de goût, & moins d’empressement pour le monde, je ne vous conseille pas de commencer cette étude par la lecture des Historiens particuliers. Je crois qu’il seroit plus à propos de remonter un peu plus haut, & de commencer par l’Histoire Grecque, car vous m’avez dit, Madame, que les Heros de ce Pa´s-là étoient plus à vôtre goût, que tous les autres, & qu’à l’exemple d’une Dame fort illustre, vous aviez une merveilleuse tendresse pour Alexandre le Grand. Lisez donc, Madame, Herodote, Thucydide, & Xenophon. La précaution que vous avez prise d’apprendre le Latin, ne vous sera pas inutile pour la lecture des Historiens, qui ne sont pas encore traduits, ou qui le sont mal, quoi qu’il y ait peu de bons Auteurs, qui n’ayent été traduits en nôtre Langue; & nous pouvons dire, sans trop flater nôtre Nation, qu’un Franšois peut devenir habile en quelque genre d’érudition que ce soit, sans le secours des Langues étrangeres. Vous avez déja lû Plutarque, Madame, si vous voulez le parcourir une seconde fois, & reprendre les Vies de ses Hommes illustres, ne les lisez pas de suite comme vous avez fait; mais lisez-les à mesure qu’ils entreront dans le corps de l’Histoire, que vous lirez actuellement. Ce qui vous embarassera davantage, Madame, dans la lecture de l’Histoire, c’est le peu de connoissance, que vous avez de la Geographie & de la Chronologie; deux choses absolument necessaires pour avoir une connoissance éxacte de l’Histoire, & pour se former une idée nette des temps & des lieux où les événements se sont passés. Il est bon de vous avertir, Madame, qu’il faut lire Herodote avant Thucydide, pour garder un ordre méthodiquement; vous n’oublierez pas de lire Quint-Curse, quoi qu’on doute si c’est une Histoire ou un Roman fait à plaisir; mais vous prenez trop de part aux aventures de vôtre Amant de le Grand Alexandre, pour ne pas lire, avec plaisir, tout ce qui peut vous faire souvenir de lui. Quoi que vous ayiez moins de goût pour les Romains, que pour les Grecs; je ne doute nullement, Madame, que vous ne trouviez leur Histoire plus belle; elle est mieux écrite, avec plus d’ordre, & plus de delicatesse. Si vous commencez par Justin, il vous donnera une idée de l’Histoire universelle. Plutarque ne vous sera pas d’un moindre secours, pour l’Histoire Romaine que pour la Grecque, & vous le lirez en observant la même méthode; c’est à dire, en lisant les Vies particulieres de ses Hommes illustres, à mesure qu’ils entreront dans l’Histoire générale. Quel plaisir ne trouverez vous point, Madame, dans la lecture de Tite Live, qui est, à mon sens, le meilleur, le plus sensé, & le plus agreable de tous les Historiens qui ayent jamais écrit: son stile a une douceur, & une grace inimitable; ses raisonnmens sont solides, ses portraits sont vifs & ressemblans, ses vûŰs & ses lumieres sont étenduŰs, ses connoissances n’ont point de bornes, car il parle de tout avec la même facilité, & le même agrément; enfin toute son Histoire se ressent de la beauté de son génie. La seconde Decade de cette excellente Histoire ne se trouve plus: c’est une perte, que l’on ne sauroit assez regretter; l’épitome qui nous reste, ne la remplace qu’imparfaitement; ne laissez pas de la lire, aussi bien que les cinq livres de Polybe. Lisez Salustre, Madame, c’est un Historien agreable, & fleuri: ce ne sont que des morceaux d’Histoire, mais qui sont traitez avec beaucoup d’art et de delicatesse: la conjuration de Catilina, & les portraits qu’on y trouve, sont à mon sens, autant de chef-d’oeuvres. Les Commentaires de Cesar, de la guerre des Gaules, & de la guerre civile, vous feront aussi beaucoup de plaisir. Vous avez déja lû, Madame, les Lettres de Ciceron à son ami Attius; lisez-les encore une fois, Madame, par rapport à l’Histoire; elles vous apprendront les causes cachées de plusieurs évenements trés curieux; vous y trouverez des détails que l’on ne trouve point par tout ailleurs: ce grand Homme découvre sans fašon à son ami, les sentiments qu’il avoit de la guerre civile, & fait le portrait des personnes considerables, qui y avoient le plus de part, & découvre les secrets ressorts, qui les faisoient agir par rapport à leurs interêts particuliers, sans se soucier des malheurs, qu’ils alloient attirer sur la Republique par la guerre intestine, dont elle devoit être déchirée. Aprés avoir lû Florus , qui conduit son Histoire jusqu’au commencment d’Auguste, vous lirez dans Suetone la vie des douze premiers Cesars. De tous les Historiens Romains, celui qui m’a le plus touché, c’est Velleyus Paterculus; il est inimitable à bien peindre les hommes: son livre n’est pas une Histoire suivie, quoi qu’on y trouve un abregé de l’Histoire depuis les premiers temps du monde, jusqu’á la seizième année de Tibere, mais il faut l’avouŰr, que les lambeaux de cette Histoire, si l’on peut parler de la sorte, sont préferables à un Ouvrage de longue haleine. Il n’est pas besoin, Madame, de vous recommander les annales de Tacite; il y a longtemps que vous connoissez, & que vous chérissez cet Historien. Dion a commencé son Histoire aux derniers temps de la République, & la conduit pendant plus de deux siècles. L’Histoire d’Herodien rentre en partie dans celle de Dion; il décrit les causes de la décadence de l’Empire Romain, de la destruction de la Republique, & de l’établissement de la Monarchie.

Voilà les Auteurs qui méritent d’être lûs avec plus d’attention; il y a encore plusieurs autres Historiens, que vous ne passerez pas sans leur faire l’honneur de les lire. Je vous recommande principalement les Antiquitez Juda´ques de Joseph, & la guerre contre les Juifs par Vespalien. Vous ne trouverez pas, Madame, le même goût, ni le même agrément dans nos Historiens que dans les Grecs & les Romains; il faut cependant lire l’Histoire de France; car il seroit honteux de savoir ce qui s’est passé à Athenes & à Rome, & ignorer ce qui s’est fait de plus grand & de plus considerable aux environs de Paris. Vous lirez donc Mezeray, malgré l’ennui, & le dégoût que vous causera cet Historien, mais contentez-vous d’en lire l’abregé.

Pour ce qui regarde les Remarques historiques que l’on doit faire en lisant les Auteurs, & dont vous me demandez des éxemples, Madame, chacun les fait à son goût: les uns qui aiment la Chronologie, se contentent de remarquer les dattes des évenemens: les autres sont plus touchez de la morale, & de tout ce qui concerne les moeurs, d’autres ne veulent retenir que des faits surprenans, des gains de bataille, des renversements d’Empires, des captivitez de Rois qui sont chassez de leurs Etats. Pour moi, j’aime fort à connoître le génie, le goût, les moeurs des Nations, & à m’instruire de leurs loix, de leurs coutumes, de leurs manières, de leur politique, de leur Religion. Comme il est impossible de retenir tout ce que l’on lit, il faudra, Madame, marquer sur vôtre recueil, & sur une espece de Journal, les actions principales, que raconte vôtre Auteur, & le temps auquel ces actions se sont passées. Puis que vous voulez absolument que je vous cite des éxemples, je vous rapporterai quelques traits tirez de l’Histoire ancienne & moderne, sans y garder aucun ordre ni de Chronologie, ni de Geographie, les jettant sur le papier, à mesure qu’ils se presenteront à ma mémoire. Peut-être même que cette confusion, & ce desordre rendra ces citations plus agréables. Je vous l’avouŰ, Madame, que je suis fort touché du flegme & de la fermeté que Philippe second fit paroître, lors qu’on lui vint dire, que la flotte, qui lui avoit tant coûté de millions, & qu’il nommoit l’invincible, avoit peri aux côtes d’Angleterre; ce Prince étoit alors dans son cabinet, où il écrivit une lettre; il dit avec un grand sens froid, à celui qui lui apprenoit la deroute de sa flotte, & sans marquer aucune émotion: “Qu’il ne l’avoit pas envoyé combattre contre les vents”; & il continua d’écrire avec sa première tranquillité. Voila sans doute un éxemple d’une rare moderation; & il faut être bien maître de soi & des mouvements de son coeur, pour ne faire paroître aucune impatience dans une avanture si extraordinaire. Vous pourrez, Madame, remarquer aussi bien que moi, en lisant l’Histoire Grecque, une belle réponse que fit un jour Agésilas à quelqu’un de ses amis, à qui il avoit promis une grace: mais ce grand homme ayant reconnu depuis, que ce qu’on lui demandoit, blessoit les loix de l’équité, il répondit à cet ami, qui le pressoit de lui tenir parole: “Si ce que vous me demandez, est juste, je l’ai promis: s’il ne l’est pas, je me suis engagé à vous l’accorder”: en effet quoi que la parole d’un Prince soit inviolable, ils ne sont pas obligez de la tenir, quand ce qu’ils ont promis est injuste, ou déraisonnable, ou que l’on s’est servi de quelque artifice pour le surprendre. L’Empereur Auguste fit paroître un jour combien il étoit humain & facile. Un soldat qui l’avoit bien servi prendant la guerre contre Marc-Antoine, pria l’Empereur de le défendre contre l’injustice de ses ennemis, qui tâchoient de l’opprimer, & qui lui avoient suscité un procés injuste. L’Empereur donna l’un de ses courtisans au soldat pour le mener chez ses Juges; le soldat ne fut pas content de la demarche d’Auguste, & lui dit avec la liberté d’un soldat Romain: “Seigneur, je n’en ai pas usé de la sorte à votre égard, lors que vous étiez en peril dans la Bataille Actiaque, j’ai combattu en personne pour vous, & j’ai eu tout le corps couvert de blessures.” Cette espece de reproche, loin de chagriner Auguste l’affectionna de plus en plus au soldat, il alla lui-même au barreau pour le défendre. Il y a quelque chose de grand dans le procedé d’Auguste, je suis sûr, Madame, qu’une telle action sera assez de vôtre goût. Vous n’approuverez pas moins une réponse que fit Caton au grand Pompée, qui lui demandoit sa fille en mariage; Ce fier Republicain lui répondit: “qu’il ne lui donneroit jamais des ôtages contre la Republique.” Pompée étoit alors soupšonné de vouloir opprimer la liberté des Romains, voilà pourquoi Caton refusa d’entrer dans son alliance, quoi qu’elle lui eût été trés honorable à lui & à toute sa famille. Je ne sais, Madame, si les Grecs & les Romains avoient plus de merite, plus de fierté, ou plus de vertu, que nous n’en avons, mais ils ont laissé échaper des paroles, & des actions, qui manquent beaucoup de grandeur d’ame, par exemple, ce que fit Pericles à un homme, qui l’avoit insulté en plein Barreau, est l’une de ces choses qui me touchent infiniment. Ce malhonnnête homme le poursuivit jusqu’à son logis, en lui disant toûjours des injures, que Pericles écoutoit sans y repondre: il fit plus, car la nuit étant survenuŰ, il ordonna à l’un de ses gens de prendre un flambeau, pour reconduire l’autre, & pour l’éclairer jusqu’à sa maison. C’étoit se vanger assez fierement des brusqueries & de la malhonnéteté de celui qui l’avoit insulté, & qui devoit mourir de honte de se voir traité par Pericles avec tant de civilité. La grandeur de courage, que fit paroître le Prince de Condé, Protecteur des Huguenots, dans une occasion fort chagrinante, est digne d’une ame Romaine. Il étoit sur le point de livrer bataille à l’armée Royale, un des principaux Officiers de son parti, monté sur un cheval fougueux, s’approchant du Prince pour lui rendre compte de quelque commission qu’il lui avoit donnée, ce cheval, d’une ruade, lui cassa la jambe. On voulut faire revirer le Prince: “Non, non, dit-il, sans s’allumer, nous n’avons pas besoin de jambes, pour combattre; nous n’avons besoin que de bras.” Cette réponse marque une ame bien hero´que, & une fermeté inébranlable. J’ai presque envie, aprés ces exemples, de me dédire, Madame, de ce que j’ai avancé, que les Grecs & les Romains avoient plus de grandeur d’ame, que les modernes. Voici un autre exemple d’un hero´sme, qui ne regarde pas la guerre, mais qui ne laisse pas d’être d’un grand prix: Un de ces illustres Modernes, dont je parle, avoit prié à souper une personne d’une grande distinction: on se mit à jouer aprés le repas; l’étranger parioit une somme considérable; celui qui donnoit le repas, broüilla les cartes, comme s’il eût perdu, quoi qu’il gagnât: l’un de ses Gentils-hommes lui dit, quand la compagnie se fut retirée, qu’il n’avoit pas pris garde à son jeu, & qu’il avoit gagné: “Je le savois bien, répondit-il, mais je ne voulois pas lui gagner son argent, ni lui faire payer son soupé.” Ce grand desinteressement marque je ne sai quoi de notable, & de sentimens bien élevez. C’est de tout tems que le merite a été envié; les plus grands Hommes, & qui avoient rendu à leur patrie les plus importans services, n’en ont pas toujoûrs été les mieux traitez. Aprés tant d’actions éclatantes qu’Aristide avoit faites pour la gloire de la Grece, on deliberoit dans une assemblée publique, de l’exiler, car le peuple chez les Grecs, & chez les Romains, avoit droit de suffrage dans les affaires les plus importantes. Aristide étoit present à cette deliberation, un homme de l’assemblée qui vouloit qu’on le condamnât, mais qui ne savoit pas écrire, s’adressa à Aristide même sans le connoître, & lui fit ce compliment: Je vous prie d’écrire le nom d’Aristide, afin que je mette mon suffrage parmi ceux qui le condamnent. Vous le connoissez donc, reprit Aristide, ou il vous a fait quelque grand outrage? Nullement, repliqua le citoyen, mais j’entens dire partout qu’il faut l’exiler, & je me conforme à la voix publique. Aristide sans s’émouvoir, & sans se faire connoître, écrivit son nom, & le lui donna pour le mettre parmi les suffrages qui le proscrivoient. Je vous l’avoue, Madame, que ce procédé me touche, & je ne puis m’empêcher d’admirer une si grande tranquillité. Je n’admire pas mois ce que fit Alexandre le Grand, à qui l’on avoit écrit que son Medecin vouloit l’empoisonner dans un breuvage: cette calomnie ne fit point d’impression sur l’esprit du Prince, & ne put lui rendre suspecte la fidelité de son Medecin. Alexandre donna à son Medecin à lire la lettre, qu’on lui avoit écrite contre lui, & il avaloit ce pendant le breuvage qu’il lui avoit presenté; le bon effet qu’il fit, le justifia sur le champ, & calma les alarmes que la lecture d’une lettre si offencante & si outrageuse lui avoit causées. Le flegme que Monsieur de Guise fit paroître dans une occasion toute semblable, égale assez celui d’Alexandre. Durant les troubles de Naples, où Monsieur de Guise commandoit, on résolut de l’empoisonner; l’empoisonneur fut trouvé faist du poison, il confessa son crime, & nomma celui qui l’employa; le peuple de Naples voulut sur le champ le mettre en pieces; mais le Prince, pour calmer la fureur du peuple, se rendit au quartier de l’Officier, & lui demanda du pain, du vin, & des confitures; il mangea & but devant tout le monde, pour convaincre l’assemblée par cette franchise, que c’étoit à tort qu’on le soupšonnoit.

Les Dames sont capables, comme les hommes, des sentiments, & des actions les plus hero´ques. Julius Sabinus, qui faisoit la guerre à l’Empire Vespasien, fut mis en prison, & condamné à perdre la tête; il se sauva, & se cacha dans une caverne. Eponine, son épouse, fut avertie par deux affranchis, du lieu où il s’étoit retiré; elle s’enferma avec son mari dans cette caverne; elle en eut plusieurs enfans, pendant neuf ans qu’elle y demeura; ils furent enfin découverts, pris, & menez à Rome. Eponine ne pouvoit se consoler du malheur de son mari; elle se prosterna aux pieds de l’Empereur, avec les enfans qu’elle avoit eus en prison: “Voila, lui dit-elle, ô Empereur, ce que j’ai nourri moi-même, afin d’avoir plus de gens, qui puissent vous prier d’avoir pitié de nos malheurs.” Vespasien demeura inexorable, il fit mourir Sabinus, & ne fut nullement attendri des larmes, & de la douleur d’Eponine. Les vertus des femmes sont plus douces, pour l’ordinaire, & moins farouches que celles des hommes; il faut qu’elles se sentent toûjours un peu de la delicatesse de leur sexe. Les Romains ont trop loûé ce que fit Porcie, fille de Caton d’Utique, & femme de Brutus; laquelle ayant appris que son mari avoit été défait aux Champs Philippiques, avala des charbons ardens pour se faire mourir; il y a dans cela je ne sai quoi de feroce, qui ne convient pas à une femme. Cette action tient plus de la fureur & du desespoir, que d’un veritable courage. Cependant les Romains ont fait de grands eloges de la generosité de Porcie; quelques-uns même l’ont mise au dessus de son pere, qui se contenta de se poignarder aprés la victoire de Cesar. Les femmes ne sont pas toûjours assez maîtresses de leurs sentiments, & elles se livrent trop à leurs passions. La Comtesse Marie, niece de Philippe-Auguste, apprenant que Baudouin, son époux, avoit conquis l’Empire de Constantinople, s’abandonna tellement à la joye que lui causa cette nouvelle, & cette avanture fit une telle impression sur son esprit &, sur son corps, qu’elle en mourut sur le champ. La Cour est le lieu où l’on a le plus besoin d’être maître de ses ressentimens, & de ses passions, parce qu’on n’y rend pas toûjours justice au merite, dans la distribution des emplois: il faut dissimuler, par politique, les chagrins qu’on peut avoir; car on ruine souvent sa fortune par un dépit à contre temps. Un homme d’un merite fort brimé, fut preferé pour commander l’armée à l’un des plus grands Capitaines de la Grece: il ne parut point touché de cet affront: il prit parti dans les Troupes, comme simple soldat, & servit sous son competiteur, lequel manquant d’adresse, d’experience, & de courage, engagea l’armée mal à propos. On étoit sur le point de perir par l’imprudence du Chef; l’extremité du danger où l’on étoit, fit qu’on eut recours à l’autre, dont on connoissoit la valeur & le merite, il sauva l’armée & le General, sans temoigner aucun chagrin de l’injustice qu’on lui avoit faite. Les femmes sont naturellement portées à l’épargne, & à l’avarice; mais c’est une grande tache pour celles qui sont nées dans un rang élevé. L’Imperatrice, femme de Theophile, n’étant pas contente de posseder les richesses de l’Empire d’Orient, envoyoit par tout acheter de riches marchandises pour les revendre à Constantinople, & pour y gagner. L’Empereur, voyant un jour entrer dans le port de Constantinople, un vaisseau richement chargé; & ayant appris, qu’il appartenoit à sa femme, y fit mettre le feu sur le champ, pour le bruler avec toutes les marchandises qui y étoient. L’Imperatrice en conšut un extreme dépit, qui fut encore augmenté par la reprimande, que lui fit son époux, lui reprochant, avec un air chagrin, que “Dieu l’ayant fait Empereur, elle le vouloit faire marchand”. Je vous l’ai déjà dit, Madame, que chacun, en lisant l’Histoire, fait des remarques à sa fašon, & selon son goût: Les Politiques, ceux qui aiment la Morale, les autres qui sont plus touchez des grands evenements, & grossissent leurs recueils de ce qui leur fait le plus de plaisir; vous en userez de même, Madame, & ainsi je crois qu’il n’est pas necesaire, que je vous cite d’autres exemples. Je ne vous fais point d’excuse sur la longueur de ma Lettre; le repos de la campagne, où vous vous étes maintenant, vous fera trouver assez de loisir pour la lire, quand elle seroit encore plus longue. Je me contente donc de vous dire, que je serai toute ma vie avec beaucoup de soumission & de respect, Madame,

Vôtre trés humble & trés
obé´ssant serviteur, l’Abbé
de BELLEGARDE.

link
link link link
 

The Source Texts

Editions:

  1. [Du Plaisir,] “Sentimens sur l’histoire” from: Sentimens sur les lettres et sur l’histoire, avec des scruples sur le stile (Paris: C. Blageart, 1683).

link

Editions:

  1. Morvan De Bellegarde, Jean Baptiste, Lettres curieuses de littérature et de morale (Paris: Jean & Michel Guignard, 1702).
     
    {L: 1085.d.6}.

  2. LETTRES| CURIEUSES| DE| LITTERATURE| ET| DE MORALE.| Par M. l’Abbé DE BELLEGARDE.| [vignette: flower] A LA HAYE,| Chez ADRIAN MOETJENS,| Marchand Libraire dans la Hof-straat,| prés de la Cour, à la Libraire| Françoise.| [rule]| M. DCC. II.
     
    p.[i] Title/ p.[iii-ix] Dedication: La Duchesse du Maine, Souveraine de Dombes; signed: l’Abbé de Bellegarde/ p.[x-xiv] »Avertissement«/ p.[xiv] »Approbation«/ p.[xvi] »Table des Lettres«/ p.1-296 Text with index/ 12░. {12: Epist.59}.

  3. LETTRES| CURIEUSES| DE| LITTERATURE| ET DE MORALE.| Par M. l’Abbé DE BELLEGARDE.| Seconde Edition revuë & corrigée| [vignette: fox looking for honey in a tree, bees molest him. Motto: »QVERENDO«] A AMSTERDAM,| Chez HENRI SCHELTE.| [rule]| M. DCCVII.
     
    p.[i] Title/ p.[ii] »Catalogue des autres livres de M. l’Abbé de Bellegarde, Qu’on truove à Amterdam chez Henri Schelte.«/ p.[iii-xii] Ded.: La Duchesse du Maine, Souveraine de Dombes; signed: l’Abbé de Bellegarde/ p.[xiii-xxii] »Avertissement«/ p.[xxiii] »Approbation«/ p.[xxiv] »Table des Lettres«/ p.1-284 Text with index/ p.[285-89] Books sold by H. Schelte/ 12░. {12: Epist.60} {L: 8403.aaa.15}.

  4. LETTRES| CURIEUSES| DE| LITTERATURE| ET DE MORALE.| Par M. l’Abbé DE BELLEGARDE.| Troisiéme Edition revûë & corrigée| [vignette: putto, reading: »UTILE DULCI«] A LA HAYE| Chez GUILLAUME DE VOYS.| [rule]| M. DCC. XX.
     
    p.[i] Title/ p.[iii-xii] Dedication: La Duchesse du Maine, Souveraine de Dombes; signed: l’Abbé de Bellegarde/ p.[xiii-xxii] »Avertissement«/ p.[xxiii] »Approbation«/ p.[xxiv] »Table des Lettres«/ p.1-284 Text with index/ p.[285-89] Advertisement as in Henri Schelte’s 1707 edition/ 12░. {12: Epist.61} {L: 8403.aaa.16}.

link

Editions:

  1. THE| Secret History,| OF| Queen ZARAH,| AND THE| Zarazians;| BEING A| Looking-glass| FOR| _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _| In the Kingdom of| ALBIGION.| [rule]| Faithfully Translated from the Italian Copy| now lodg’d in the Vatican at Rome, and ne-|ver before printed in any Language.| [rule]| Albigion, Printed in the Year 1705.| [rule]| Price Stich’d 1 s. Bound 1 s. 6 d.

  2. THE| Secret History| OF| Queen Zarah,| AND THE| Zarazians.| CONTAINING| The True Reasons of the Necessity of| the Revolution that lately happen’d| in the Kingdom of Albigion.| [rule]| By way of Appendix to the New Atalantis.| [rule]| In Two Parts.| [rule]| Albigion: Printed in the Year 1711.| Price Bound 2 s.

  3. [...] (1743) [ESTC: n022291].

  4. [...] the fourth edition (1745) [without pref.]: {L: 1419.c.48}.

  5. [...] fourth edition (1749): {L: 292.f.2.(4)}.

link

Editions:

  1. Histoire secrète de la reine Zarah et des Zaraziens, ou la Duchesse de Marlborough démasquée. Avec la clef pour l’intelligence de cette histoire (Oxford: Alexandre le Vertueux, 1708): {7: 8.H.BRIT.UN.III,6090}.

  2. HISTOIRE| SECRETTE| DE LA| REINE ZARAH| ET DES| ZARAZIENS;| Ou la Duchesse de Marlborough| demasquée.| Avec la CLEF pour l’intelligence de| cette Histoire.| [publisher’s signet: Astronomischer Globus]| A OXFORD,| Chez ALEXANDRE LE VERTUEUX,| à la Pierre de touche 1711.| [rule]| Avec Approbation de la Nation Britannique.
     
    [with original preface] p.[i] Title/ p.[ii-iv] key/ p.[v-xvi] »AVIS| AU| LECTEUR.«/ p.1-61 »Premiere Partie«/ p.[62] Title for pt.2/ p.[1]-69 »Seconde Partie«/ »Catalogue des Livres François«/ 12░. {L: 1488.a.2 [With Appendix: SUITE DE| L’HISTOIRE| SECRETTE| DE LA| REINE ZARAH| ET DES| ZARAZIENS;| [...] (1712)]}.

  3. HISTOIRE| SECRETTE| DE LA| REINE ZARAH,| OU LA DUCHESSE| DE MARLBOROUGH| DÉMASQUÉE.| Traduite de l’Original Anglois.| [vignette]| A OXFORD,| Chez ALEXANDRE LE VERTUEUX,| à la Pierre de Touche.| [rule]| M. DCC. XI.| Avec Approbation de la Nation Britannique.
     
    [without original preface] p.[1] Title/ p.[3-5] »AVIS| AU| LECTEUR.«/ p.[6-12] »CLEF«/ p.13-295/ 1 [p] blank/ 12░. {L: 1078.c.17}.

  4. [...] (1712): {7: 8.H.BRIT.UN.III,6091} {L: 1080.b.18}.

  5. [...] (1713): {L: G.13993}.

link

Editions:

  1. Die entdeckte| Geheime HISTOIRE| von der| Königin| SAHRA| Und denen| Sahracenern,| oder| Die Hertzogin von Marlborough| demasquiret,| Worinnen verschiedene von der Regierung Ca-|roli II. biß auf diese Zeit in Engeland vorgefal-|lene Liebes-und Staats-Intriguen, sammt andern| diesem Reich angehende remarquable Begeben-|heiten/ und Politische Zufälle/| Aus Frantzösischer Nachricht/| Sammt dem Schlüssel und einer Vorrede| communiciret werden| von| PAULO MONTINI.| [rule]| HAAG, bey HINRICH PETKIO, 1712.

link